Ecologie : quand les bibliothèques passent au vert | Archimag – Archimag

La responsabiblité sociale des bibliothèques « Et pourtant qu’elles le veuillent ou non, les bibliothèques ont une responsabilité sociale, et leur performance écologique se mesure en émission de CO2 ou en surface productive nécessaire pour répondre à la consommation de ressources et aux besoins d’absorption de déchets », explique Joachim Schöpfel, maître de conférences en sciences de l’information et de la documentation à l’université de Lille 3 ; Il ajoute : « d’ailleurs, un nombre croissant de bibliothèques prend conscience de cette responsabilité et se lance dans la démarche d’une bibliothèque verte. D’autres y sont obligées puisque leur tutelle — municipalité, département, ministère, université… — mène une politique en faveur du développement durable et met tous les services à contribution pour la réussite de son plan d’action locale “agenda 21” ». Comme tout site, les bibliothèques ont en effet une empreinte environnementale qui se calcule sur la base de plusieurs indicateurs : consommation d’eau, consommation d’énergie de chauffage, consommation d’électricité, production de déchets, émission de dioxyde de carbone (CO2)… Réaliser un audit énergétique « L’empreinte environnementale des bibliothèques est multiple », précise Manon Le Guennec, conservatrice des bibliothèques et auteure d’un mémoire d’études à l’Enssib ; « elle dépend de facteurs très divers d’une bibliothèque à l’autre : du type de bibliothèque, de sa taille, de son amplitude horair….

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire