Fatick intègre le Réseau mondial des villes apprenantes de l’UNESCO – APS

Il s’entretenait avec des journalistes, mardi au terme d’une réunion de travail et d’échanges par visioconférence sur la coopération entre les communes de Fatick et celle de Mantes-La-Jolie.

’’L’adhésion de la ville de Fatick est un engagement que nous avons pris depuis plus d’un an à Hambourg (Allemagne), dans le cadre de la préparation de la conférence des villes apprenantes », a-t-il ajouté, en présence de conseillers municipaux des communes de Fatick et de Mantes-la-Jolie.

« On avait pris l’engagement de faire en sorte que des villes africaines notamment sénégalaises puissent intégrer le Réseau mondial des villes apprenantes », a-t-il encore souligné.

« Aujourd’hui, c’est chose faite, la ville de Fatick mais aussi celle de Guédiawaye, deux villes du Sénégal, ont intégré le réseau. Et nous allons continuer à les accompagner », a-t-il promis.

Amadou Talla Daffe assure que la commune de Mantes-la-Jolie) « mettra tout en œuvre avec ses partenaires pour apporter des solutions durables aux problèmes cruciaux de la ville de Fatick », en tirant profit des nombreux avantages liés au statut de membre du Réseau des villes apprenantes.

Un premier avantage tient au statut même de « membre de ce réseau mondial composé 64 pays et de 200 villes dont deux villes sénégalaises, seules originaires de l’Afrique subsaharienne ».

« L’autre avantage, a souligné M. Daffe, c’est qu’on apprend des autres villes membres du réseau, car nous sommes dans un monde interconnecté ».

« Une ville apprenante est une ville qui mobilise toutes ses forces vives pour assurer à ses citoyens un apprentissage de qualité tout au long de la vie, de l’éducation de base à l’enseignement supérieur, sans oublier l’éducation informelle », lit-on sur un dossier de presse.

’’Le but de ce réseau est de réunir de par le monde, toutes les collectivités désireuses de : promouvoir un apprentissage intégrateur, pour l’emploi et au travail, dans les systèmes d’enseignement, et favoriser une culture de l’apprentissage tout au long de la vie’’.

Le Réseau mondial des villes apprenantes ambitionne par ailleurs de soutenir le développement économique et la prospérité culturelle en favorisant l’accès à la culture, aux technologies et aux loisirs.

La promotion durable, en passant par des changements dans les façons de penser et d’agir grâce à l’éducation, compte également parmi les objectifs du Réseau mondial des villes apprenantes, né en 2013 à Pékin, lors de la tenue de la première conférence internationale sur les villes apprenantes.

Cette rencontre avait été initiée par l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie, situé à Hambourg.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire