Diplomatie : Les travaux du Centre d’excellence de l’INHEI ont démarré – leFaso.net – LeFaso.net

Depuis quelques décennies, l’Afrique est déchirée par des conflits internes et interétatiques qui plombent la croissance économique des Etats et instaurent un climat d’insécurité généralisée. Dès lors, la prévention, la gestion et le règlement des conflits sont devenus un impératif catégorique commun. D’où la nécessité de mettre en place des mécanismes institutionnels pérennes efficaces pour prévenir et préserver la paix d’une part, et contribuer à restaurer la stabilité d’autre part.

Les participants ont posé pour la postérité C’est dans ce contexte que la construction du Centre d’excellence de l’INHEI a été initiée. Le projet de création de ce centre ambitionne de promouvoir des séries de formations de renforcement de capacités et de perfectionnement des diplomates de carrière, et d’initier tous les acteurs publics, privés et de la société civile aux pratiques diplomatiques innovantes. Il devra également promouvoir des programmes sous-régionaux et nationaux sur des thèmes tels que l’intégration régionale, le commerce international, la coopération décentralisée.

Le chef de projet, Mahama Gandema, décrypte les infrastructures à réaliser Pour marquer le début du chantier, une cérémonie de lancement des travaux de construction de la première tranche du bâtiment de type R+1 a eu lieu le jeudi 17 décembre 2020, au sein de l’INHEI. La construction et l’équipement du centre sont estimés à 450 millions de F CFA. L’entreprise Confort général Compaoré & fils (COGECOF) conduira les travaux. Mahama Gandema et son équipe ont dix mois pour ériger le bâtiment qui, faut-il le souligner, fait partie d’un ensemble d’infrastructures et d’aménagements à réaliser dont le coût estimatif total s’élève à 4 333 923 304 F CFA.

Le démarrage des activités du Centre d’excellence viendra parachever la pyramide des formations Au titre des réalisations, il y a la construction et l’équipement d’un centre de négociation internationale comprenant des salles de travail, un pavillon présidentiel, un complexe d’hébergement et de restauration, et un centre récréatif et de détente. Des logements et un terrain de sport seront également aménagés. A cela s’ajoutent la construction et l’équipement de deux amphithéâtres de 200 places chacun, 20 salles pour les formations spécifiques, une bibliothèque, deux parkings (autos et motos) et des aménagements paysagers.

En procédant au lancement des travaux de construction, le gouvernement du Burkina Faso poursuit un objectif précis : un plus grand ancrage de l’INHEI dans le paysage des institutions diplomatiques du continent. Cela permettra, selon les mots du ministre Alpha Barry, le démarrage effectif de la formation continue, de la recherche et de la documentation technique en diplomatie et relations internationales à l’exemple des structures similaires poursuivant le même objectif.

Le directeur général de l’INHEI renouvèle sa gratitude à l’assemblée Il s’agit notamment du Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Dakar au Sénégal, le Centre international Kofi-Annan pour la formation en matière de maintien de la paix du Ghana, et l’Académie marocaine des études diplomatiques. Poursuivant, le ministre des Affaires étrangères a dit la disponibilité du gouvernement à accompagner les responsables de l’institut pour la réalisation effective de ce projet d’envergure qui va « contribuer au rayonnement de la diplomatie du Burkina Faso ».

Dans son mot de bienvenue, le directeur général de l’INHEI, Didace Gampiné, a remercié l’illustre assemblée pour sa présence à cette cérémonie. « Votre présence nous réjouit au plus haut point et nous réconforte à redoubler d’efforts et de courage pour réussir au mieux les nobles missions de formation, de perfectionnement et de renforcement des capacités des cadres de la diplomatie burkinabè », a-t-il déclaré.

Aïssata Laure G. Sidibé

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire