Patrimoine : le Ngondo aux portes de l’Unesco – Cameroon Tribune

L’atelier méthodologique de renforcement des capacités sur la convention de 2003, pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de deux jours, ouvert hier par l’ Unesco à Douala, est d’informer et sensibiliser la communauté sawa, sur le processus d’élaboration du dossier de candidature du Ngondo sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Pour le Dr Christian Ndombi, chef du secteur Culture au bureau régional multisectoriel de l’Unesco pour l’Afrique centrale, cette sous-région n’a que deux éléments inscrits sur la liste de l’organisation. Il s’agit de la musique polyphonique des pygmées Aka de Centrafrique, et les tambours du Burundi. Ce qui, selon lui, est très insuffisant compte tenu de la richesse et de la diversité culturelle du Cameroun. « Nous aurons probablement la chance, au mois de mars prochain, d’avoir le Ngouon inscrit comme premier élément culturel immatériel du Cameroun sur la liste de l’Unesco », estime Dr Ndombi. Et toujours d’après lui, l’inscription sur cette liste est un véritable label, une reconnaissance internationale qui peut booster la culture et le tourisme. Le même expert estime que la première difficulté des pays d’Afrique centrale est la méconnaissance de la convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Et cette méconnaissance handicape les pays candidats au processus d’inscription. La deuxième difficulté à laquelle l’Afrique centrale en général et le Cameroun en particulier sont confrontés, c’est celle relative à l’inventaire. L’Afrique centrale n’a pas toujours des inventaires à jour et dans le cadre de la convention de 2003, il faut absolument faire l’inventaire du patrimoine culturel immatériel et l’élément pour lequel on veut aboutir à l’inscription doit faire partie de l’inventaire, véritable photographie de la richesse culturelle de ce pays. Même son de cloche chez le directeur du patrimoine au ministère des Arts et de la Culture (Minac), le Pr. Christophe Mbida.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire