Redynamisation de la culture, de l’Artisanat et du Tourisme Kadiatou Konaré en avant-garde – Mali Actu

De sa nomination à la passation de service le 8 octobre 2020, le ministre de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme, Kadiatou Konaré, celle sur qui le chef du gouvernement Moctar Ouane, a jeté son dévolu, est au four et au moulin afin d’inscrire la culture, l’artisanat et le tourisme dans une nouvelle dynamique. A cœur vaillant, rien n’est impossible.
Son parcours est éloquent et plaide en sa faveur pour l’accomplissement des missions à elle confiées. Femme de lettres, directrice d’une maison d’édition, promotrice culturelle et Consul honoraire d’Haïti au Mali, Kadiatou Konaré, n’est pas une néophyte dans la mission à elle confiée. Celle dont le nom a traversé les océans, a été choisie par le Premier ministre, Moctar Ouane pour donner du sang nouveau à la culture et à l’artisanat qui traversent des moments difficiles avec la Covid-19 et ses conséquences néfastes sur le monde de la culture.

Depuis sa prise de fonction, le jeudi 8 octobre 2020, elle a d’abord rencontré les membres de son cabinet.
Cette première rencontre, tenue le vendredi 9 octobre 2020, avait, entre autres, pour objet de présenter, définir les tâches des membres du cabinet ; examiner les activités prioritaires des services relevant du département. Dans la même veine, les problèmes auxquels son département est confronté a été examiné.
La consul honoraire d’Haïti au Mali, cinq jours après la passation de service, a reçu l’ambassadrice de Cuba au Mali. Il s’agissait pour les deux personnalités d’échanger sur la coopération culturelle entre les deux pays. Pays de grande culture, Cuba a beaucoup apporté à la culture malienne. Le ministre souhaite mettre plus d’accent sur cette coopération. Dans la foulée, Kadiatou Konaré, a également reçu l’ambassadeur de Chine et celui de l’Inde. Avec les deux diplomates, il a été surtout question de la redynamisation de la coopération culturelle, artisanale et touristique entre les deux pays amis.
La rencontre avec l’ambassadeur de l’Inde a porté fruit. Le pays de Gandhi a remis quelques jours après des équipements pour la salle de documentation de la Maison africaine de la photographie.
Avec l’ambassadeur d’Allemagne au Mali, des questions touchant l’expansion du projet « Donko ni maaya » sur d’autres régions du Mali, ont été abordées.
Dans la même dynamique, le représentant résidant de l’Unesco au Mali, Edmond Mounkala a été reçu en audience par le ministre de la Culture. Au menu des échanges, la relance du projet de réhabilitation du Tombeau des Askias, du projet « Equation nomade ».
Ces rencontres avec les représentants des organismes internationaux, ont été suivis par une série d’audiences des structures relevant de son département et de visites de certaines structures.
Ainsi, Mme le ministre, a rencontré successivement, les acteurs de l’Assemblée permanente des chambres de métiers du Mali (APCMM), des Associations des artistes, des producteurs et des éditeurs du Mali (UAAPREM) et la Fédération des artistes du Mali (Fedama). Cette rencontre a été suivie par une rencontre avec les maitres de la parole : le Recotrade. Ces rencontres avaient pour objet pour la ministre de s’enquérir des réalités que vivent les acteurs de ses structures.
Soucieuse de la relève donc de la formation de bons cadres dans le domaine de la culture, la première responsable du département de la Culture, ne s’est pas privée de visiter cet autre établissement d’enseignement artistique et technique d’expressions multidisciplinaires : le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté. Avec le personnel administratif, le corps professoral, et les étudiants, l’hôte du jour a été briefé sur les acquis et a passé en revue les défis auxquelles l’établissement fait face.
A l’Institut national des arts (INA), la ministre s’est rendue pour une journée de prise de contact d’échanges et d’informations avec les acteurs du secteur de l’artisanat, des arts, de la culture et du tourisme. L’objectif recherché était de recueillir les attentes et préoccupations exprimées par les acteurs desdits secteurs ce, dans le cadre de l’élaboration du plan de travail du département pendant la période de transition.
Autre visite, c’est celle effectuée respectivement à l’Institut français de Bamako et sur le site des festivités de Bama-Art. Ces visites, « s’inscrivaient dans une dynamique de quête d’informations sur les conditions de travail des acteurs relevant de ses secteurs et de se rassurer du respect des consignes édictées par les autorités sanitaires dans le cadre de la prévention contre la Covid19 ».
Les visites n’ont pas concernés que Bamako. La première sortie du ministre dans une région, a été celle effectuée du 22 au 23 octobre 2020 à Ségou. Dans la capitale des Balanzans, Kadiatou Konaré a rencontré et échangé avec les acteurs des secteurs relevant de son département. Elle a visité les locaux du Centre culturel Korè de Ségou, une structure privée dirigée par Mamou Daffé.
Principal Réseau regroupant des acteurs culturels du Mali, le Réseau Kya n’a pas été occulté par celle qui envisage d’apporter sa marque à la culture malienne. Avec le président dudit réseau, Fousseyni Diakité, les échanges ont porté essentiellement sur la « réorganisation de l’écosystème des arts et de la culture, un aperçu de l’état des lieux des actions menées par le Réseau Kya de sa création en 2010 à nos jours, notamment le fonds Maaya et des perspectives de partenariat public- priv頻.
Comme 2e sortie à l’intérieur, la ministre a choisi Bougouni. Dans la capitale du Banimonotié, elle a présidé les travaux des ateliers sur la classification des activités et établissements culturels et la coordination des activités culturelles du Mali. 3 e sortie à l’intérieur, c’est celle effectué à Siby. Mme Konaré a procédé à l’inauguration des panneaux signalétiques et bureau d’accueil et d’information touristique de Siby.
Autres activités menées et qui visent à dorer le blason du département, c’est la visite du chantier du nouveau siège de la Maison africaine de la photographie, la visite du Champ de bataille de Woyowayanko ou Parc des Sofas, la tenue la 2ème édition de l’inter-biennale photographique du Mali ; l’organisation du 1er séminaire sur la musique ; l’organisation de la 2e session du Comité national de suivi du projet de Mode éthique au Mali ; la tenue de la 4e édition des « Equation nomades » ; la tenue de la session de formation des opérateurs du tourisme, l’organisation d’une réunion du Comité de pilotage du projet de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine culturel au Mali, la tenue de séminaire sur l’évolution, les enjeux et les perspectives du théâtre au Mali.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la ministre Kadiatou Konaré fait partie de ces ministres à qui les autorités de la Transition ne se sont trompées dans leurs choix. Et pour cause, en un temps record, elle est en train de réussir sa mission, c’est-à-dire redynamiser les acteurs de la culture et de l’Artisanat et du tourisme et les faire un levier de développement dans un pays en crise.
Mohamed Keita
Source : Arc en Ciel

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire