Actualités – Dossier : Les chemins du recyclage – ACPresse – ACPresse

Si ce 7 e continent est le plus massif en taille, d’autres se sont formés dans les autres océans de la planète. En 70 ans, la production de plastique est passée de 1,5 Mt à 438 Mt 1, à l’échelle mondiale. Sachant que 40 % de ces produits sont jetés au bout de moins d’un mois.

Le monde du BTP en consomme, à lui seul, 71 Mt 1/an. Bien sûr, le plastique n’est pas la seule pièce à conviction dans l’affaire du réchauffement climatique. Un chantier, que ce soit en construction neuve, en rénovation ou en démolition, génère un grand nombre de déchets. Selon l’Ademe, les entreprises du BTP en produisent près de 227,5 Mt (185,3 Mt pour les TP et 42,2 Mt pour le bâtiment). Des matériaux neufs non utilisés, des chutes, des poussières, des structures démolies, des éléments de conditionnement… Où vont ces déchets ? Plusieurs voies s’offrent aux différents intervenants. Les façons de recycler dépendent de la typologie des matériaux. Et de leur statut : inertes, non dangereux et dangereux.

Différentes filières pour différentes typologies de matériaux

Ils peuvent être enfouis, revalorisés, incinérés… Ainsi, la collecte, le tri et le traitement seront différents et demanderont des savoir-faire précis. Mais la gestion des déchets sur chantier demande du temps et a un coût. En résultent des solutions plus économiques, comme l’enfouissement, ou pire des décharges sauvages… De nombreux acteurs professionnels, syndicats et autres s’organisent pour trouver des solutions plus responsables.

Et dernièrement, la loi Anti-gaspillage et économie circulaire (loi Agec) prend le sujet à bras le corps. Plusieurs articles impactent le BTP. Un “diagnostic ressources et économe circulaire” sera obligatoire dans le cadre de travaux de démolition ou de réhabilitation. L’article 51 de la loi Agec contraint ainsi le maître d’ouvrage de réaliser « un diagnostic relatif à la gestion des produits, matériaux et déchets issus de ces travaux. Ce diagnostic fournit les informations nécessaires relatives aux produits, matériaux et déchets en vue, en priorité, de leur réemploi ou, à défaut, de leur valorisation. En indiquant les filières de recyclage recommandées et en préconisant les analyses complémentaires permettant de s’assurer du caractère réutilisable de ces produits et matériaux. Il comprend des orientations visant à assurer la traçabilité de ces produits, matériaux et déchets. En cas d’impossibilité de réemploi ou de valorisation, le diagnostic précise les modalités d’élimination des déchets ».

Autre révolution, la création de la filière “Responsabilité élargie du producteur” (Rep), au 1 er janvier 2022 pour le BTP. L’article 62 prévoit ainsi que les « déchets de construction ou de démolition [qui en sont issus] soient repris sans frais lorsqu’ils font l’objet d’une collecte séparée et afin qu’une traçabilité de ces déchets soit assurée ». Cette mesure induit aussi la création d’éco-organismes. Pour le moment les modalités précises de ces deux articles restent suspendues aux différents décrets d’application qui devraient voir le jour dès début 2021.

1Source : L’atlas du plastique 2020.

Aller plus loin :

Interview. Olivier Ponti, président de la filière BTP de la Federec En novembre dernier, Olivier Ponti a pris les rênes de la filière BTP de la Federec. Pour cette mandature, le président fraîchement élu s’est fixé une feuille de route ambitieuse.

Reportage. Recyclage, la réponse des industriels Plusieurs fabricants de matériaux se sont lancés dans le recyclage, en prenant la boucle à différents niveaux. Certains y ont recours pour réduire leur empreinte environnementale, d’autres comme unique matière première.

EcoDrop. Traiter ses déchets en toute simplicité C’est pour lutter contre les déchetteries sauvages qu’EcoDrop a vu le jour. Fondée par Marie Combarieu en 2016, l’entreprise se présente comme un facilitateur de traitement de déchets de chantier.

Stock Pro. Gestion des stocks et réemploi des retours chantier Créé en 2018, Stock Pro naît d’une idée qui a mûri pendant près de 10 ans. Aujourd’hui, un site Internet et une application proposent une place de marché pour le réemploi des matériaux neufs non utilisés sur chantier.

Agyre. Engager un mouvement systémique dans l’économie circulaire Agyre se place comme un référent national, en termes d’économie circulaire. L’objectif : fournir un accompagnement global de la discipline et répliquer les initiatives de territoire en territoire.

Savoirs. Vers une transition écologique avec le label “Qualirecycle BTP”En 2014, le Seddre a lancé le label “Qualirecycle BTP”. Une certification unique, engagée dans une démarche de progrès et de qualité.

Savoirs. Test HQE Performance économie circulaire : Qu’est-ce que le MFA ?En avril 2019, l’Alliance HQE-GCB, Cerqual, Certivéa, le CSTB et Evea lancent le test HQE Performance économie circulaire. Avec la restitution du test, focus sur l’outil Analyse des flux de matières (MFA).

siècles, la ville est un parfait témoin, en termes de patrimoine culturel et architectural. Cette parenthèse historique permet à chacun de se rappeler qu’à une époque, les chevaux remplaçaient les voitures. Qu’avant les plates-formes de streaming de musique, des ménestrels et autres troubadours égayaient (ou non) les oreilles des habitants. Et que “drapier” était un métier et non un champagne… A Provins, l’immersion dans le passé se fait aussi grâce aux 58 Monuments historiques classés ou inscrits. Les différents bâtiments se divisent en plusieurs catégories : l’usage civil, militaire et religieux. Ainsi, d’impressionnants remparts fortifiés serpentent dans la ville.

Le sommet de la tour César, donjon symbolisant la puissance des comtes champenois, offre une vue panoramique sur toute la ville. Et l’église et le prieuré de Saint-Ayoul épousent différents styles au grès de sa construction. La bulle historique n’aurait jamais pu perdurer si un travail de réhabilitation et de rénovation n’avait pas eu lieu. Ces édifices auraient très bien pu être détruits au profit de constructions neuves répondant aux enjeux sociétaux modernes. Mais le nouveau Monde doit-il toujours prévaloir sur l’ancien ?

Johannes Gutenberg s’est-il imaginé, une seule seconde, que son invention allait servir, 550 ans plus tard, à créer en volume des objets en béton ? Car c’est bien là le but de l’impression, quand elle se pare du suffixe 3D. Les nouveaux impressionnistes arrivent donc sur le marché de la construction. Et ce numéro de Béton[s] le Magazine – imprimé et consultable en ligne – les place dans la lumière (Lire p. 24 et suivantes). Histoire de découvrir si l’impression suscitée par les avancées technologiques est positive…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire