Sénégal : «l’evaluation est essentielle pour montrer les forces et les faiblesses des systemes educatifs» – Seneplus.com

«J’exhorte les pays de la Francophonie à poursuivre la culture de l’évaluation comme moyen d’amélioration des performances de nos systèmes éducatifs», dit le président de la République.

A l’en croire, l’éducation et la formation sont aux portes du progrès par le savoir et le savoir-faire. A ce titre, insiste le Président Sall, l’évaluation est essentielle en ce qu’elle montre les forces et les faiblesses des systèmes éducatifs et contribuent à la qualité de l’enseignement. «Il nous faut, à chaque étape, pouvoir s’auto-évaluer et apporter des correctifs nécessaires afin de favoriser la dissémination et le partage des meilleures pratiques des résultats de cette évaluation», indique Macky Sall qui propose de poursuivre tous les efforts nécessaires pour que l’école garde sa place essentielle de lieu de transmission du savoir, de socialisation et de citoyenneté. Dans le même sillage, le chef de l’Etat préconise de changer de paradigme. «Il faut apprendre aux enfants à compter, à maîtriser les chiffres dès le préscolaire pour les renforcer, permettre au primaire et au secondaire d’avoir le même nombre de bacheliers scientifiques et littéraires», prône-t-il.

«QUE LE NUMERIQUE PRENNE TOUTE SA PLACE DANS L’EVALUATION !»

Par ailleurs, le Président Macky Sall a indiqué sur la question des défis aussi bien pour les apprenants que les enseignants, que la place du numérique est primordiale pour les évaluations. «Que le numérique prenne toute sa place !» souligne le président de la République. A noter que la cérémonie a vu la participation de plusieurs ministres de la Conférence des ministres de l’Education des Etats et gouvernements ayant le français en partage dont le ministre Mamadou Talla. Et pour ce dernier, le Sénégal est bien placé. «Nous avions eu un bond extrêmement important en mathématiques et en lecture», rappelle le ministre de l’Education nationale. Il signale dans la foulée que la recommandation forte de ce rapport, c’est comment maintenir cette orientation vers les sciences.

En effet, le rapport montre que parmi les pays présentant une bonne répartition de leurs élèves sur l’échelle de compétences, en lecture, figure le Sénégal. Toutefois, des manquements ont été relevés et des défis restent à relever, selon cette étude qui concerne plus de 3 500 écoles pour les 14 pays concernés, plus de 62 mille élèves en fin de scolarité, et plus de 21 000 élèves en début de scolarité. ‘’En lecture, plus de la moitié des élèves, 52,1%, en classe de CM1, sont en dessous du seuil suffisant de compétences, et dans une situation de difficultés d’apprentissage.

Les élèves ont des difficultés pour comprendre des mots isolés issus de leur vie quotidienne et des phrases isolées ainsi que pour localiser des informations explicites dans des textes courts et moyens», renseigne le rapport qui souligne en outre que les écoles publiques ne disposent ni des ressources pédagogiques ni des équipements.

Rappelons que le PASEC 2019 est la deuxième évaluation internationale du Programme d’analyse des systèmes éducatifs de la Conférence des ministres de l’Education des Etats et gouvernements de la Francophonie.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire