Compilation littéraire et historique de Jean MIÉLOT . — Traductions de CICÉRON , de Jean BOCCACE , de Jean D’UDINE ; figures de l’Ancien et du Nouveau Testament ; le « Mors de la pomme » . | Gallica – Gallica

Compilation littéraire et historique.

Mort de la pomme, Le.

S. Funsy.

Vie.

Séguier, Pierre, chancelier.

Mss provenant de lui.

Ste Aldegonde, abbesse de Maubeuge.

Note historique.

Ste Cunégonde, Note.

Warwick, Richard Nevil, comte de.

Vers de J. Miélot.

manuscript manuscript

Papier. – 116 feuillets. – 390 × 280 mm. – Demi-reliure Papier. – 116 feuillets. – 390 × 280 mm. – Demi-reliure

Contient : Lettre de CICÉRON à son frère Quintus [Epist. ad Quintum fratrem, I, 1], traduite par Jean Miélot, et précédée (f. 5 v) d’une épître dédicatoire de Jean Miélot à Charles-le-Téméraire, duc de Bourgogne, ou « prologue du translateur » ; cette traduction est datée de 1468 ; Compilation historique de Jean Miélot, comprenant : « Invective contre iaillars, jengleurs et autres mespriseurs des ouvrages et estudes des clercz sciencieux et vertueux » ; cette « invective » n’est qu’une traduction des chapitres II et III du livre XIV des Genealogie deorum gentilium de Jean BOCCACE ; « Comment toute genealogie a douze ordinaires degrés de cognation ou de lignage naissans du pere et de la mere, montant jusques au tritave et descendans jusques au trinepveu » ; en partie d’après le Catholicon de Jean DE GÊNES et les Genealogie deorum gentilium de Jean BOCCACE ; Petites pièces de vers latins, « ad regem Francorum » [Louis XI], — et « ad ducem Burgundie » [Charles-le-Téméraire] ; Autres, « ad regem Anglie » [Édouard IV], — et « ad comitem Warvici » [Richard Nevil, comte de Warwick] ; Table chronologique, dressée en 1470 ; « Genealogie de Nostre Seigneur Jhesucrist », ou « Compilacion des histoires de toute la Bible », ou encore « Histoires scolastiques » de Jean D’UDINE, traduite, en 1465, par Jean Miélot ; Généalogie plus sommaire de Jésus-Christ ; Figures de l’Ancien et du Nouveau Testament ; suite de quatorze tableaux, dessinés au trait, représentant les sept sacrements et les différentes scènes de l’Ancien Testament qui en sont considérées comme le symbole ; ces quatorze tableaux sont accompagnés d’un texte explicatif ; « Histoire du mors de la pomme », en vers ; dialogues moraux entre divers personnages, dont la Mort, servant de légendes à une suite de tableaux, peints à la gouache, analogue aux Danses des Morts du même temps ; en tête, sont quelques vers sur le paradis, le purgatoire et l’enfer, et (f. 110 r) un « prologue » de « l’acteur de ceste histoire » ; le « Mors de la pomme » paraît incomplet de la fin Contient : Lettre de CICÉRON à son frère Quintus [Epist. ad Quintum fratrem, I, 1], traduite par Jean Miélot, et précédée (f. 5 v) d’une épître dédicatoire de Jean Miélot à Charles-le-Téméraire, duc de Bourgogne, ou « prologue du translateur » ; cette traduction est datée de 1468 ; Compilation historique de Jean Miélot, comprenant : « Invective contre iaillars, jengleurs et autres mespriseurs des ouvrages et estudes des clercz sciencieux et vertueux » ; cette « invective » n’est qu’une traduction des chapitres II et III du livre XIV des Genealogie deorum gentilium de Jean BOCCACE ; « Comment toute genealogie a douze ordinaires degrés de cognation ou de lignage naissans du pere et de la mere, montant jusques au tritave et descendans jusques au trinepveu » ; en partie d’après le Catholicon de Jean DE GÊNES et les Genealogie deorum gentilium de Jean BOCCACE ; Petites pièces de vers latins, « ad regem Francorum » [Louis XI], — et « ad ducem Burgundie » [Charles-le-Téméraire] ; Autres, « ad regem Anglie » [Édouard IV], — et « ad comitem Warvici » [Richard Nevil, comte de Warwick] ; Table chronologique, dressée en 1470 ; « Genealogie de Nostre Seigneur Jhesucrist », ou « Compilacion des histoires de toute la Bible », ou encore « Histoires scolastiques » de Jean D’UDINE, traduite, en 1465, par Jean Miélot ; Généalogie plus sommaire de Jésus-Christ ; Figures de l’Ancien et du Nouveau Testament ; suite de quatorze tableaux, dessinés au trait, représentant les sept sacrements et les différentes scènes de l’Ancien Testament qui en sont considérées comme le symbole ; ces quatorze tableaux sont accompagnés d’un texte explicatif ; « Histoire du mors de la pomme », en vers ; dialogues moraux entre divers personnages, dont la Mort, servant de légendes à une suite de tableaux, peints à la gouache, analogue aux Danses des Morts du même temps ; en tête, sont quelques vers sur le paradis, le purgatoire et l’enfer, et (f. 110 r) un « prologue » de « l’acteur de ceste histoire » ; le « Mors de la pomme » paraît incomplet de la fin

Numérisation effectuée à partir d’un document original : Français 17001. Numérisation effectuée à partir d’un document original : Français 17001.

Manuscrit autographe, avec préface générale de Jean Miélot, datée de 1468.Le nom de Miélot se rencontre souvent dans le manuscrit, non seulement en toutes lettres, mais aussi dans des labyrinthes (f. 2 v et 27 r), et même sous forme de rébus (f. 5 r).Figures au trait et peintures à la gouache ; grandes initiales ornées et « cadeaux ». Manuscrit autographe, avec préface générale de Jean Miélot, datée de 1468.Le nom de Miélot se rencontre souvent dans le manuscrit, non seulement en toutes lettres, mais aussi dans des labyrinthes (f. 2 v et 27 r), et même sous forme de rébus (f. 5 r).Figures au trait et peintures à la gouache ; grandes initiales ornées et « cadeaux ».

ark:/12148/btv1b10463342b

Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Français 17001

http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc46736n

23/12/2020

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire