Des festivités maintenues malgré la pandémie – Le Quotidien d’Oran

Cependant, au-delà des différences régionales, l’objectif de la célébration des rituels culturels de ce rendez-vous incontournable annuel est de présager une nouvelle année féconde et, aussi, pour restituer un art de vivre ancestral avec l’illustration d’œuvres conservées chez des familles kabyles, qui luttent contre vents et marées afin de sauvegarder toutes les facettes de la vie des Amazighs, avec des animations documentaires et démonstrations d’anciens métiers de tapisserie et tissage, mobilier, vannerie traditionnelle, unités de mesure, poterie, costume, bijoux, instruments de musique et architecture de terre, qui se perpétuent. Ainsi, le centre des arts et des expositions (Carex) de Tlemcen, qui a finalisé son programme, pour marquer cet événement du nouvel an amazigh 2971, prévoit une exposition « La vie quotidienne des Amazighs de Tlemcen » une grande exposition qui va se dérouler, aujourd’hui, au pavillon « Fellaoucène » du palais des expositions « Mohammed Farah » de Tlemcen. Selon le directeur du Carex, Boudefla Amine, une version virtuelle sera mise en ligne après la clôture de cette exposition, pour perpétuer cette exposition sur les réseaux sociaux et Cloud Web avec les technologies de la réalité virtuelle ainsi qu’une présentation 3D des objets ancestraux (ustensiles de cuisine, instruments de musique, poterie, etc.). Une exposition de l’artiste photographe «Patrick Massaïa» sous forme d’un reportage photo ainsi qu’une vidéo, ayant comme thématique « Ayred des Béni-Snous » se dérouleront au Carex. Au centre des études andalouses de Tlemcen, il est prévu aujourd’hui un atelier des arts plastiques pour enfants avec l’artiste « Ismahan Mezouar ». Selon la même source, « cet atelier a un double rôle, d’une part initier les enfants aux arts plastiques, d’autre part pour les sensibiliser sur ce patrimoine qui a su rassembler les Algériens à travers les temps ». En outre, un atelier photographique avec une visite au village d’El Kef, l’un des rares villages de la région, qui garde toujours cette architecture amazigh de la dechra algérienne, sera organisé. « Lors de cet atelier, les photographes auront à immortaliser les détails architecturaux dans les villages amazighs de la région », a expliqué M. Boudefla. Une conférence virtuelle du docteur Abdelkrim Benaïssa sous le thème « le modèle théâtral » dans le carnaval « Ayred » sera mise en ligne sur les réseaux sociaux ainsi que le site et la page You Tube du Carex. Pour les visites, un programme a été tracé avec la direction de l’Education, pour organiser des visites au Carex et permettre aux écoliers du primaire, du moyen et du secondaire de visiter cette grande exposition afin de participer aux ateliers et sensibiliser les élèves à la sauvegarde de ce patrimoine. Il est à rappeler que l’association et l’auberge de jeunes de Marsat Ben M’hidi, a organisé, samedi dernier, une visite au village de Sid El Mechhour, située à 4 kilomètres de Marsat Ben M’hidi, au profit de quelques étudiants de l’université et de l’association des aveugles et déficients visuels de Tlemcen, afin de découvrir cette agglomération rurale et ses traditions amazighes. Plusieurs troupes folkloriques et associations de Béni-Snous, M’cirda, Aïn Ghoraba, Remchi ainsi que les scouts ont pris part à cet évènement. A noter que plusieurs activités sont prévues aujourd’hui à Béni-Snous pour valoriser le patrimoine artistique de cette région. Outre, les événements programmés au sein des maisons de la Culture et musées d’art et d’histoire de Tlemcen, un copieux repas familial, le rituel principal de la célébration, sera organisé à l’occasion de ce premier jour de l’an du calendrier berbère à Béni-Snous. Des spectacles de danse, des expositions et du théâtre ainsi que des communications et rencontres sont prévues aujourd’hui dans cette contrée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire