5 questions sur le Pass Culture

Véritable choix structurant de politiques culturelle, le pass Culture, un dispositif conçu dans une démarche de co-construction avec ses futurs utilisateurs, suscite de multiples – et passionnantes – interrogations. Décryptage.

Question n°1 : quelle est l’ambition du pass Culture ?

Le pass Culture est né d’une réflexion autour de la demande culturelle et des pratiques des nouvelles générations. Son objectif est notamment de promouvoir la diversité culturelle et la pratique artistique, dans la continuité des actions de médiation culturelle et des programmes d’éducation artistique proposés, notamment avant l’âge de la majorité. Lorsqu’un jeune citoyen atteint ses 18 ans et qu’il se retrouve autonome face à ses choix culturels, le pass Culture peut constituer un soutien pour l’aider à faire ces choix et à poursuivre le développement de son appétence pour la culture dans toute sa diversité.

Aujourd’hui, l’accès à la culture n’est pas une évidence pour tous et de nombreux freins demeurent, liés au capital culturel présent dans chaque foyer. Le pass Culture entend ouvrir de nouveaux horizons en matière de propositions culturelles pour chacun, en s’attaquant à différents freins d’accès à la culture – la méconnaissance, l’inhibition, l’impression du “c’est pas pour moi”, le découragement face aux codes et réservations…. C’est non seulement un moyen de dépasser les inégalités d’accès à la culture, qu’elles soient sociales, géographiques ou générationnelles, mais aussi une fenêtre ouverte sur des choix culturels plus diversifiés. C’est enfin une incitation à sortir de chez soi pour aller vivre des expériences nouvelles.

Question n°2 : selon quelle conception de la culture l’application a-t-elle été pensée ?

Le pass Culture représente une troisième étape dans le déploiement des politiques culturelles :

> Une politique des institutions, consistant à ouvrir de grandes infrastructures, à l’image des Maisons de la Culture, qui visaient à rendre accessibles les œuvres d’art au plus grand nombre : la culture pour tous ;

> Une politique des usagers, fondée sur la reconnaissance de toutes les pratiques culturelles des Français, dont un symbole évident demeure la création de la Fête de la musique : la culture par tous ;

> Une politique des institutions et des usagers, où il s’agit désormais de mettre les activités culturelles à la portée de tous dans tous les territoires, c’est précisément l’ambition du pass Culture : la culture partout.

Question n°3 : peut-on dire que le pass Culture est un dispositif fondé sur la demande et non sur la diversification de l’offre ?

Il ne s’agit pas d’opposer offre et demande, le pass Culture est avant tout pensé comme un outil de mise en valeur des actions des acteurs culturels publics et locaux. Un outil pour renouer la rencontre avec les jeunes. La conviction sous-jacente est qu’il ne faut pas opposer les publics et les acteurs, il n’y a pas une culture dite populaire face à une culture dite savante : la culture forme un tout.

Le pass Culture donnera accès à toutes sortes de propositions selon les goûts de chacun, mais le dispositif proposera avant tout de construire des liens entre des propositions de rencontres et de sorties culturelles très différentes entre elles, de travailler sur l’après-visite ou l’après-spectacle, de découvrir des métiers et des passions, et plus généralement d’inviter les acteurs culturels à créer de nouvelles offres culturelles spécifiques pour les jeunes de 18 ans.

Question n°4 : pensez-vous vraiment que le pass Culture donne davantage envie aux jeunes de découvrir des produits culturels ?

Le fait de choisir un média que les jeunes utilisent au quotidien – le smartphone – est un moyen évident de recréer un lien direct entre les acteurs culturels et eux. Le pouvoir d’achat de 500€ et la facilité de le mobiliser nous laissent penser que oui, le pass permettra aux jeunes d’accéder à des biens et services culturels auxquels ils n’auraient pas forcément pensé spontanément. La politique déployée en amont de l’accès au pass Culture (pratique et accès aux lieux, programmes d’éducation artistique et culturelle) les y préparera également.

Question n°5 : Le pass Culture n’est-il pas réservé à une élite déjà sensibilisée aux produits culturels ?

Au contraire. En donnant accès à l’information et en proposant des offres adaptées, le pass Culture doit précisément aller chercher les publics qui s’en sentent exclus. Il a vocation à pallier le fossé qui se creuse à 18 ans entre ceux qui poursuivront le développement de leur capital artistique et culturel, parce qu’ils ont le capital culturel familial suffisant pour le faire, et ceux qui y renonceront, parce qu’ils ne sont plus guidés ou pour des raisons financières.

C’est pour cela que le pass Culture a été conçu comme un service numérique et disponible sur smartphone ; c’est pour cela que le service proposé va de la mise en avant de propositions de proximité à leur réservation et à des rencontres ; c’est pour cela, enfin, que nous travaillons en collaboration avec les acteurs de terrain : collectivités territoriales, associations, missions locales… A ce titre, le pass Culture peut être vu comme un nouveau service public, car la culture est un droit aussi universel que la sécurité, la justice ou la santé.