Quelles sciences pour le monde à venir ? – Biosphère – Blog

Il y a la science pure , la recherche pour déterminer comment le monde est fait, ce qui nourrit la connaissance pour le seul plaisir de connaître. Avec la civilisation thermo-industrielle, la techno-science a pris le pouvoir, les scientifiques sont devenus des esclaves de l’innovation qui rapporte aux entreprises. Cette science croissanciste et aveugle aux limites biophysiques de la planète a induit tellement de désastres que certains scientifiques deviennent des lanceurs d’alerte . Ce sont les climatologues qui nous informent du réchauffement climatique, ce sont les naturalistes qui nous avertissent de la disparition de la biodiversité, etc. Mais la situation est jugée tellement grave de la part de scientifiques de tous horizons que l ‘alerte devient dénonciation .
Cette évolution est d’autant plus pertinente que les pseudo-scientifiques à la solde du business s’ingénient à dénigrer les scientifiques lanceurs d’alerte . Ils deviennent au niveau médiatique des marchands de doute ou des remparts d’un progrès technique sans conscience de ses effets pervers. Tout ce qui est inventé doit pouvoir être réalisé, bombe atomique, poisons chimiques, numérisation sans limites, etc. Sinon, selon eux, ce serait le retour à la bougie, si ce n’est à l’âge des cavernes.
Ces scientifiques vendus au système se transforment en religieux qui nous annoncent le paradis… dans un futur indéterminé. Pour eux la science est la solution alors qu’elle a créé le problème. Mais c’est eux qui recueillent les fonds des entreprises et des gouvernements dans un monde formaté par la croyance au progrès . Ils sont aidés dans leur propagande par les pseudo « sciences » économiques , une économie politique qui s’est mise au service du pouvoir des marchands du temple. Sans compter les médias de masse qui sont aussi une grande part du problème car, dépendant des ressources publicitaires et rachetés par des industriels, sont devenus eux aussi les complices des marchands. On n’est pas encore prêt à sortir de ce monde aveugle aux conséquences à long terme de l’activisme désordonné des humains
Pour en savoir plus sur les techniques appropriées face au techniques délétères :
1er novembre 2019, synthèse : Biosphere-Info : l’écologie, technophobe ?
23 décembre 2008, techniques douces contre techniques dures
8 octobre 2007, techniques douces
Pour en savoir encore plus , lire : « Quelles sciences pour le monde à venir ? Face au dérèglement climatique et à la destruction de la biodiversit頻, dirigé par Alain Grandjean et Thierry Libaert (Odile Jacob, 268 p., 22,90 €).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire