Boian Videnoff, le chef qui numérise la partition musicale – Resmusica.com

Boian Videnoff : Travailler avec nos partitions numériques est tellement plus rapide et plus productif qu’avec le papier ! Navigation rapide par mouvements ou par mesures, personnalisation de la taille de la musique et du style de notation, sauts rapides vers les Répétitions, D.S., D.C. et Coda, transposition dans d’autres tons, recherche de passages dans la partition complète, annotations automatisées par règles – ou encore faire écouter votre jeu par votre tablette pour qu’elle tourne la page au bon moment pour vous – toutes ces fonctionnalités sont uniquement disponibles avec les partitions nativement numériques. Enote vous donne accès à notre bibliothèque de partitions numériques, et vous pouvez y faire des recherches avec des filtres et découvrir de nouveaux répertoires.

ResMusica : Et pour les musiciens qui utilisent déjà d’autres applications pour lire de la musique sur une tablette, quelles sont les caractéristiques distinctives que vous apportez ?

Boian Videnoff : Jusqu’à présent, les partitions numériques étaient scannées au format PDF. Cela signifiait également utiliser une application de lecture de PDF sans bibliothèque de partitions centralisée et organisée ; les utilisateurs devaient se procurer et organiser leurs fichiers eux-mêmes. En outre, avec les PDF, il n’y a pas de possibilité d’interaction avec le contenu musical, il est statique et fixe. Enote est la seule application sur le marché qui offre une bibliothèque de partitions musicales véritablement numériques. Les œuvres sont toutes organisées, accessibles instantanément, et vous pouvez interagir avec elles d’une manière qui est impossible avec les PDF ou le papier.

ResMusica : Votre service est fourni par le biais d’un abonnement mensuel. Avez-vous l’intention d’être le Spotify des partitions ?

Boian Videnoff : Oui, du point de vue du contenu, vous pouvez le dire. Nous ajoutons des milliers de partitions chaque semaine, et notre objectif est d’avoir plus de 150.000 partitions disponibles d’ici la fin de l’année. Mais Enote est bien plus qu’une simple bibliothèque. Il s’agit d’un changement fondamental de l’industrie, qui passe de l’analogique au numérique. Vous pouvez le comparer à l’utilisation de Google maps au lieu de cartes papier, ou à l’utilisation de Microsoft Word au lieu de machines à écrire.

ResMusica : Nous aimerions approfondir la partie technologique de votre projet, et demander à Evgeny Mitichkin, co-fondateur et directeur de la technologie. Evgeny, la technologie d’Enote est construite sur l’intelligence artificielle, ou « IA ». Honnêtement, l’IA est un mot à la mode pour impressionner les gens qui ne comprennent pas grand-chose à la technologie. Pouvez-vous être plus précis sur la partie « intelligente » de votre technologie ? En d’autres termes, qu’avez-vous fait qui n’aurait pas été possible il y a dix ou peut-être même cinq ans ?

Evgeny Mitichkin : L’IA peut certainement être un mot à la mode, mais sous le battage médiatique, c’est un outil puissant pour traiter des quantités massives d’informations et prendre des décisions basées sur ces données. Le système d’IA d’Enote utilise des techniques d’apprentissage approfondi et de vision par ordinateur pour reconnaître des milliers d’éléments visuels de notation musicale sur des millions de pages et de versions de partitions, puis les reconstruire sémantiquement dans notre format numérique. Cinq ans avant notre création, les modèles d’IA et la puissance de calcul nécessaires à un tel projet étaient hors de portée d’une start-up comme la nôtre. Grâce aux progrès rapides réalisés dans ces domaines, notre ambition est passée de « impossible » à « difficile… mais faisable », si bien que nous avons lancé le projet au bon moment.

ResMusica : Quels ont été les trois défis techniques les plus importants que vous avez dû surmonter, et pourquoi ?

Evgeny Mitichkin : La transition de la musique écrite sur une partition papier à un format numérique natif a été un premier défi énorme. Après avoir essayé certaines plateformes existantes sans succès, nous avons réalisé qu’un meilleur système était nécessaire pour atteindre le niveau de précision requis, et nous avons passé deux ans à construire le système de vision par ordinateur le plus précis dans ce domaine. Après avoir conquis cette première montagne, notre second défi a été le volume à traiter. Notre ambition de construire « La » grande bibliothèque de partitions nécessitait de rassembler des dizaines de milliers d’œuvres – toutes avec un contenu unique et la plupart avec des parties et des structures instrumentales complexes – et de les mettre dans notre format numérique. Nous disposons maintenant d’un système capable de numériser la musique en masse dans un délai raisonnable. Enfin, nous avons été surpris de découvrir qu’il n’existait pas de source d’information cohérente, complète et bien structurée sur l’histoire de la composition. Nous avons donc travaillé avec une équipe de musicologues et d’ingénieurs de données pour agréger et nettoyer les meilleures données provenant de multiples sources publiques. Le résultat est un système de recherche puissant et simple pour retrouver et découvrir des œuvres musicales.

ResMusica : Boian, pouvez-vous nous en dire plus sur votre processus de collecte et de numérisation des partitions ?

Boian Videnoff : Je crois sincèrement qu’Enote est le plus grand effort de numérisation de partitions de l’Histoire. Nous numérisons toutes les sources musicales existantes dans le domaine public et nous utilisons des algorithmes complexes pour les traduire en code numérique. Nous avons une équipe de musicologues et d’experts en IA qui travaillent en étroite collaboration pour rendre cet effort possible. Le processus commence par la sélection des sources pertinentes, l’exécution d’une analyse avancée de vision par ordinateur pour reconnaître chaque symbole musical, la reconstruction sémantique de la musique dans un format numérique par un processus entièrement automatisé, et enfin l’intégration dans l’application.

ResMusica : Pouvez-vous nous en dire plus sur les musicologues à l’origine du projet ? Avez-vous un « Chief Musicologist Officer » peut-être ? Vous êtes très discret sur cet aspect.

Boian Videnoff : Je peux vous donner plus d’informations sur nos musicologues. Gerrit Bogdahn dirige notre département de musicologie. Il est professeur de musicologie à l’Université des Arts de Berlin, à l’Université Hanns Eisler et à l’Université Humboldt et a publié plusieurs articles dans des revues spécialisées. Nous nous appuyons sur diverses compétences complémentaires, tel que le Dr Klaus Rettinghaus, le créateur de la base de données en ligne « Bach Digital » et l’un des principaux développeurs de l’éditeur de musique Verovio et du format de musique numérique MEI. Le Dr Alexander Pacha est chercheur principal en reconnaissance optique de la musique et professeur à l’Université technique de Vienne. Enfin, Kaspar Querfurth est un musicologue dont la thèse de doctorat en composition est en cours, qui a une connaissance pratique de la gravure musicale imprimée et une expérience de l’enseignement à la Guildhall School of Music and Drama de Londres.

ResMusica : Sur un plan plus personnel, comment un musicien et chef d’orchestre comme vous s’implique-t-il dans le lancement d’une application?

Boian Videnoff : J’ai toujours été intéressé par la technologie. Ces dernières années, je suis devenu de plus en plus frustré de constater que le secteur des partitions musicales n’avait pas évolué et n’avait pas introduit de véritable innovation technologique. Comme cela arrive souvent dans la vie, c’est par une coïncidence : j’étais l’ami d’un directeur informatique et entrepreneur talentueux, Josef Tufan. Il m’a fait rencontrer Evgeny Mitichkin, un brillant développeur de logiciels. Une chose en entraînant une autre, nous avons fini par fonder Enote.

ResMusica : Evgeny, revenons à vous. Les ingénieurs en logiciel comme vous sont très demandés partout sur la planète. Pourquoi avez-vous choisi de travailler dans le domaine des partitions plutôt que dans d’autres domaines de l’informatique ?

Evgeny Mitichkin : Le domaine d’activité de l’entreprise et son impact social sont très importants pour moi. Avant de rejoindre Enote en tant que co-fondateur et directeur technique, j’ai travaillé pour une société informatique qui développait des solutions logicielles pour le traitement du cancer. C’est un sentiment très excitant et très satisfaisant de réaliser que vos efforts prolongent la vie de quelqu’un et la rendent meilleure. Chez Enote, je crois que nous avons un impact social important, en rendant la culture plus accessible et plus abordable, et en préservant une partie cruciale de notre héritage culturel.

ResMusica : Boian, quand vous vous réveillez au milieu de la nuit, qu’est-ce qui vous angoisse ou vous rend heureux?

Boian Videnoff : Je suis ravi qu’Enote apporte enfin une innovation technologique attendue depuis longtemps sur un marché archaïque et qu’elle améliore considérablement la vie de nombreux musiciens. Mais il y a aussi une cause beaucoup plus importante qui me motive : la musique a été un pilier central de notre société, façonnant notre identité humaine pendant de nombreux siècles. Grâce à cet effort, je suis ravi que nous préservions notre patrimoine culturel d’une manière sans précédent et que nous le rendions plus contemporain, plus accessible et plus abordable que jamais. En fin de compte, nous faisons un pas essentiel vers la démocratisation de l’éducation musicale dans le monde entier.

Crédits photographiques : © Daniel Wetzel

(Visited 5 times, 1 visits today)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire