2021, année BD : notre sélection de ressources

Le Suisse Rodolphe Töpffer (1799-1846) est considéré par d’aucuns comme l’inventeur de la bande dessinée dans son acception moderne, ou plus précisément le créateur du récit en cases avec l’Histoire de monsieur Jabot. Il est présenté comme le premier théoricien de ce genre nouveau, qu’il nommait « histoires en estampes ».

Les dessins de satire de Rodolphe Töpffer ont réussi à séduire Goethe qui déclarait à leur propos : « C’est vraiment trop drôle ! C’est étincelant de verve et d’esprit ! Quelques-unes de ces pages sont incomparables. S’il choisissait, à l’avenir, un sujet un peu moins frivole et devenait encore plus concis, il ferait des choses qui dépasseraient l’imagination ».

C’est ce que fera – et fait toujours – la presse, vecteur originel de la bande dessinée. Le dessin permet ainsi d’aborder un événement historique ou politique ou encore d’expliquer à un large public un nouveau fait scientifique ou une invention, toujours avec une touche d’humour. Prenons l’exemple de The Yellow kid and his new phonograph de Richard Felton Outcault publié dans le New York Journal en 1896. La presse s’adresse également aux enfants par le biais des récits en images avec notamment le journal illustré Les Belles Images (dès 1905), abordant un registre varié, de l’histoire de France à la science-fiction mais en empruntant invariablement le modèle de l’image d’Epinal.

Depuis quelques années, c’est également le défi d’un des secteurs de la bande dessinée dite documentaire, savante ou encore BD “du réel” : aborder l’histoire, la géographie, les sciences “dures” ou encore les sciences humaines et sociales.

Il ne s’agit plus seulement de créer une « ambiance » ou un « décor » à l’instar d’Astérix et Obélix mais bien d’utiliser la BD pour expliquer.

Pour cela, un spécialiste et un dessinateur collaborent afin de faire comprendre le monde en bande dessinée. La BD oblige le spécialiste à synthétiser son propos sans toutefois le simplifier car les multiples possibilités narratives, visuelles et interactives de la BD permettent de déchiffrer (et défricher) des domaines très complexes.

Ces albums se présentent comme des clés d’entrée sur une thématique ou une discipline et amènent à réfléchir.

En touchant un public de plus en plus large, ce type de BD a révélé le potentiel de la bande dessinée comme outil de médiation, de pédagogie et de loisir.

Retrouvez cette grande sélection documentaire sur l’ensemble des tables de valorisation du niveau 2 de la bibliothèque jusqu’à la mi-février. Vous pouvez également consulter en ligne ou télécharger en PDF la bibliographie accompagnant cette sélection.

table de valorisation à la Bpi

The post 2021, année BD : notre sélection de ressources appeared first on Bibliothèque publique d’information – Bpi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire