Andrew Culp, Dark Deleuze

« Si l’on devait dresser, signale Maxence Alcade, un palmarès des philosophes les plus cités dans l’art contemporain de ces vingt dernières années, il est fort probable que Gilles Deleuze occuperait la tête du classement ». Effectivement, comme on le constate depuis quelques années, la figure tutélaire quoique non autoritaire de Gilles Deleuze tend à s’y estomper au profit, par exemple, de Georges Simondon, actuellement beaucoup cité dans les écoles d’art. Le principal travail d’Andrew Culp est de montrer en quoi ce phénomène n’est en rien tributaire de la simple succession des modes. Il analyse comment cette pensée a fait l’objet de quantités d’interprétations et n’a eu pour ainsi dire aucun contradicteur significatif tant elle semblait révéler la vérité de l’avenir qui nous était promis. Or, on se souvient bien de la parole de Michel Foucault : « Un jour, peut-être, le siècle sera deleuzien ». Andrew Culp explicite de manière à la fois concise, incisive, conceptuellement très étay…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire