Responsabilité et intelligence artificielle

Responsabilité et intelligence artificielle

From www.actu-juridique.fr January 25, 1:15 PM

Le progrès vient généralement des sciences dures. Le droit, ensuite, se charge d’en encadrer la pratique. Aujourd’hui, l’intelligence artificielle est apparue dans notre société, mais le juriste doit s’interroger sur son régime de responsabilité dès qu’un dommage en découle.

L’intelligence artificielle peut être définie comme « la science qui consiste à faire faire aux machines ce que l’Homme ferait moyennant une certaine intelligence. Les algorithmes, qui la constituent, sont un « ensemble de règles qui définit précisément une séquence d’opérations de sorte que chaque règle soit effective et définie et que la séquence se termine dans un temps fini ». Les algorithmes d’apprentissage, dits machine learningou apprentissage automatique, regroupent des méthodes qui permettent de trouver des relations pertinentes et compréhensibles par l’Homme au sein d’un jeu de données qui décrit un ensemble d’observations. Il s’agit, dans l’analyse sérielle, des équations, des règles, des regroupements (clusters), des structures de données (graphes). Cette méthode permet la création de processus décisionnel ; le processus de décision est construit automatiquement, à partir des données et non plus à partir des règles créées explicitement par l’Homme. L’entrée des algorithmes dans le monde du droit est révélatrice d’une révolution graphique. Ainsi que l’a souligné Antoine Garapon, le numérique, en tant que nouvelle façon de décrire le monde, permet d’intégrer toutes les formes de langage (parole, son, écrit, etc.), sous un format mathématique. Dans cette nouvelle vision du monde, les individus finissent par assimiler ce nouveau langage à la réalité. Cette révolution engendre une soumission à la gouvernance des nombres, telle qu’Alain Supiot l’a récemment pensée.

Lire la suite

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire