1-54 Contemporary African Art Fair à Londres : Deux galeries casablancaises représenteront le Maroc – Aujourd’hui Le Maroc

[1-54 Contemporary African Art Fair à Londres : Deux galeries casablancaises représenteront le Maroc]
ELLES EXPOSERONT LE TRAVAIL DES ARTISTES MOHAMED HAMIDI, AMINA AGUEZNAY OU MOUS LAMRABAT

«Parmi les exposants cette année, 20 galeries d’Afrique, un nombre record de galeries du continent, et sur les 47 exposants 13 galeries seront accueillies pour la première fois à la foire de Londres».

Fondé par Touria El Glaoui en 2013, 1-54 Contemporary African Art Fair, premier salon d’art international dédié à l’art contemporain d’Afrique, fera son retour pour une 9ème édition à Londres. Prévue du 14 au 17 octobre 2021, cette édition présentera le travail des galeries internationales, africaines et notamment marocaines. Elle proposera en effet deux galeries casablancaises qui viendront présenter leurs artistes contemporains peintres, photographes et plasticiens. Il s’agit de la galerie 38 et Loft Art Gallery. La première représente l’artiste Mohamed Hamidi.

Ce lauréat de l’école des beaux-arts de Casablanca et l’École des métiers d’Art de Paris est l’une des plus grandes figures de la peinture marocaine. D’ailleurs, il a tout exploré, du figuratif à l’abstrait, des nus aux natures mortes, des thèmes de l’Afrique à l’Europe. En collaborant avec Melehi, Belkahia, Chebâa, l’artiste est convaincu de l’urgence de la création d’un art contemporain réellement marocain, tourné vers la modernité tout en étant ancré dans la tradition esthétique marocaine. La deuxième galerie, quant à elle, représente le travail de quatre artistes, en l’occurrence Amina Agueznay. Connue par ses travaux confrontant différents domaines artistiques, celle-ci nous invite à découvrir de nouvelles formes de réflexion autour de créations parfois impressionnantes qui doivent beaucoup à sa formation d’architecte. Outre cette artiste, la galerie expose le travail du photographe belgo-marocain Mous Lamrabat.

Né dans le nord du Maroc et ayant grandi en Belgique, ce photographe reconnu exploite dans son travail sa double culture en créant des images décalées, souvent drôles, révélatrices d’une identité plurielle. Pour rappel, ce salon a lieu chaque année à Londres, à New York (depuis 2015) et à Marrakech (depuis 2018). Référence aux 54 pays qui constituent le continent africain, 1-54 est une plate-forme durable et dynamique qui s’engage dans un dialogue et des échanges contemporains. Cette année, selon les initiateurs, 47 galeries internationales de premier plan de 19 pays d’Europe, d’Afrique et d’Amérique du Nord seront présentes. «Parmi les exposants cette année, 20 galeries d’Afrique, un nombre record de galeries du continent, et sur les 47 exposants 13 galeries seront accueillies pour la première fois à la foire de Londres», indique-t-on. La foire sera accompagnée, par ailleurs, du 1-54 Forum, un vaste programme de conférences d’artistes, de panels, de projections, de performances et de lectures qui auront lieu à la fois en ligne et à Somerset House. Intitulé Continental Drift, 1-54 Forum réunira artistes et public, médiateurs et narrateurs, pour approfondir collectivement les thèmes de l’héritage, de la philanthropie et de la numérisation. Explorant ce moment interstitiel de l’histoire, 1-54 Forum explore le concept de dérive comme moment de réflexion progressive.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire