[tel-03307700] Correction radiométrique et recalage de nuages de points pour la reconstruction tridimensionnelle d’oeuvres du patrimoine culturel – TEL – ano.nymous@ccsd.cnrs.fr.invalid (Nathan Sanchiz)

Cette information est, par sa nature, insensible aux illuminations externes et liée à la réflectance des matériaux scannés. Cependant, l’intensité est peu utilisable en pratique. Sa dépendance aux paramètres géométriques de mesure et aux traitements internes de l’appareil, la rend fortement liée au point de vue de la mesure. Dans ce travail de recherche, nous proposons différentes méthodes de correction et de calibration radiométriques qui permettent, sous certaines conditions, de rendre l’intensité indépendante du point de vue et de la convertir sur une échelle linéaire. Dans un deuxième temps, nous étudions l’utilisation de cette information dans un processus de recalage. Les résultats montrent que l’intensité corrigée ou calibrée améliore l’identification de correspondances d’un nuage à l’autre. Pour la numérisation d’oeuvres du patrimoine à moyenne et grande échelle, un scanner LiDAR (Light Detection And Ranging) est généralement utilisé. Celui-ci crée une carte de distances (un nuage de points 3D) sur une sphère autour de la position de mesure. De nombreuses mesures sont faites dans la zone autour de l’objet à numériser pour capturer la scène sous différents points de vue d’acquisition. La principale difficulté de la reconstruction d’un modèle tri-dimensionnel à partir des nuages de points acquis, est l’étape dite de recalage. Celle-ci consiste à identifier les transformations géométriques permettant le regroupement des nuages dans un même repère. Pour ce faire, il est nécessaire d’identifier des correspondances entre les zones communes des nuages. Etape difficile qui concentre les efforts de la communauté de recherche. Nous abordons ce problème en utilisant une information secondairement acquise par le LiDAR, l’intensité, comme élement discriminant. Cette information est, par sa nature, insensible aux illuminations externes et liée à la réflectance des matériaux scannés. Cependant, l’intensité est peu utilisable en pratique. Sa dépendance aux paramètres géométriques de mesure et aux traitements internes de l’appareil, la rend fortement liée au point de vue de la mesure. Dans ce travail de recherche, nous proposons différentes méthodes de correction et de calibration radiométriques qui permettent, sous certaines conditions, de rendre l’intensité indépendante du point de vue et de la convertir sur une échelle linéaire. Dans un deuxième temps, nous étudions l’utilisation de cette information dans un processus de recalage. Les résultats montrent que l’intensité corrigée ou calibrée améliore l’identification de correspondances d’un nuage à l’autre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire