Hommagefrancoisdeverdiere – SMdA

Mon cher François nous te regretterons, nous te regrettons déjà, tu nous manqueras.

Alain Lovato, Artiste plasticien, vice-président de La MdA et président de la MAPRAA.

François,

Le président de La Maison des Artistes et des Seize Anges, l’artiste, l’ami va nous manquer terriblement comme déjà maintenant cruellement.Je n’oublierai jamais que tu m’as fait un cadeau magnifique en me suggérant de candidater au bureau de la Maison des Artistes, nous étions alors au SMdA ; élue, cette mission au sein de la Maison a joué comme une reconnaissance du chemin de peintre que j’ai commencé bien jeune et de mes convictions sur le métier.

J’ai eu la grande chance de te rencontrer sur ma route. Aussi je présente à Catherine ton épouse, tes proches et amis, toutes mes sincères condoléances. Tes œuvres, et tout ce que tu as fait pour la Maison des Artistes, sont le reflet de ta belle humanité et sensibilité, au revoir François, tu es toujours là au travers d’elles dans nos mémoires.

Laurence Duc, plasticienne peintre, Secrétaire générale de La MdA, Secrétaire générale adjointe du SMdA – CFDT et membre de l’association des Seize Anges.

> Hommages de l’équipe de l’association

C’est avec une peine et une tristesse ineffables que j’ai appris la disparition de François.

Ce dernier avait été élu peu de temps après mon arrivée à La Maison des Artistes. Je peux aujourd’hui honorer et témoigner de son engagement autant professionnel que personnel et ce à travers l’étroite collaboration qui nous liait.

Il défendait ardemment la prise en compte de toutes et tous et la diversité de la création artistique, métier qu’il avait adopté après une première carrière dans l’ingénierie. Ce choix de cœur et son expérience, racines de son engagement, ont forgé son désir d’investissement collectif ainsi que cet élan désintéressé et généreux qu’il a décidé de concrétiser au sein de l’association.

François était doté de grandes qualités humaines. Il incarnait à merveille le terme « maison », intrinsèquement attaché à notre association, par sa bienveillance, sa gentillesse et sa chaleur. Je le connaissais accessible et sincère. Il l’a démontré à de nombreuses reprises et n’hésitait pas à faire montre d’une grande considération pour tout un chacun.

J’ai appris à le connaitre à travers nos échanges quotidiens qui, au fil du temps, ont créé des liens indéfectibles.

Sa confiance, son écoute et sa compréhension des enjeux sont constitutifs de l’implication qui est la mienne aujourd’hui. Il était habité par un désir de construction et de développement nourris de son ouverture d’esprit et de son dynamisme, toujours dans l’intérêt des artistes. Il avait compris et défendait le besoin de faire entrer ceux-ci et l’association dans le XXIème siècle.

J’ai personnellement beaucoup appris à ses côtés et lui suis très reconnaissante. Il a représenté un soutien indéfectible et n’était pas avare en précieux et fructueux conseils. Je regrette aussi la liberté, la dimension concrète et riche de nos échanges, notre compréhension mutuelle.

Il m’a accompagné et toute l’équipe dans la création d’un nouveau souffle au sein de l’association. Cela eut été impossible sans lui. Il a permis de grandes avancées au service des artistes.

C’est une perte immense pour La Maison des Artistes mais une perte surtout humaine pour nous qui perdons un président, un mentor, un ami.

Mes pensées, au delà de l’association, vont à sa famille et plus particulièrement à sa femme Catherine.

Nous honorerons son engagement et les valeurs qu’il incarnait, par sa personne et ses actions, et continuerons à œuvrer dans ce sens : solidarité et accompagnement.

Antinéa Garnier, directrice de La Maison des Artistes

Aux côtés de François depuis de nombreuses années au sein de l’association La MdA, j’ai pu observer sa volonté et son investissement pour les arts visuels et pour les artistes. Il a souvent défendu la promotion et la diffusion des artistes.

Je tenais tout particulièrement à mettre en avant son travail dès 2007, (et avant même ses mandats bénévoles pour le Bureau de La MdA), pour la mise en place de la convention européenne des arts visuels qui s’est tenue au centre Pompidou à Paris. Cet évènement a été suivi de nombreuses autres actions qui ont participé au développement actuel de l’association. Pour tout cela je le remercie.

Je souhaite tout le réconfort et le courage nécessaire à sa famille et à ses proches dans cette épreuve et leur témoigne toute ma sympathie.

Charlotte Delsol, responsable des partenariats et du développement à La Maison des Artistes

Je suis arrivée à La Maison des Artistes en 2018, quelques jours avant l’élection de François et j’ai été témoin de son attachement à l’association et à la défense des artistes et de son investissement sans faille pour La Maison des Artistes.

Louise Pelletier, chargée de communication à La Maison des Artistes

Cher François, je garde en mémoire ton sourire et ton regard bienveillant, la mort n’est qu’un voyage, repose en paix.

Franchesca Herpoux, chargée d’accueil et de renseignements à La Maison des Artistes

> Hommages des membres du Fonds de dotation

C’est avec une tristesse infinie que j’apprends la disparition de François. Il fait partie des personnes qui m’ont le plus touché, par sa gentillesse, sa bienveillance, sa résilience. Son engagement était sans failles pour la grande famille des artistes.

Nous perdons un artiste et un homme de cœur avec lequel j’avais beaucoup de plaisir à travailler et réfléchir aux enjeux de notre métier, qui a beaucoup œuvré pour la Maison des Artistes.

Je pense à son épouse, ses enfants et toutes les personnes de la MDA qui travaillaient avec lui au quotidien.

Tristan Vyskoc, plasticien, membre du conseil d’administration du Fonds de dotation Maison des Artistes (FDMA)

Je viens d’apprendre la nouvelle du décès de François de Verdière ardent défenseur des intérêts des artistes plasticiens.

Je vous adresse ainsi qu’aux membres du bureau et du conseil de la Maison des Artistes et à l’équipe de la Maison des Artistes l’expression de mes sincères condoléances.

Jacques Fingerhut, avocat au barreau de Paris, membre du conseil d’administration du Fonds de dotation Maison des Artistes (FDMA)

> Hommages des membres du Conseil syndical SMdA

Je me souviens comme si c’était hier, la première rencontre avec François de Verdière quelques années en arrière. Il était mon voisin de stand du SIAC à Marseille. Comme beaucoup d’artistes, j’étais « renégat », ne comprenant pas le rôle de la Maison des Artistes. J’avoue la totale confusion qui m’habitait à l’époque, entre le côté associatif et la Sécurité sociale de la MdA.

François m’a expliqué avec patience l’histoire, la création, les actions de l’association avec sa gentillesse bien connue et sa sagesse tant et si bien que non seulement j’ai adhéré à la MdA mais j’ai fini moi aussi par m’impliquer en tant que correspondante régionale de la Maison des Artistes ainsi qu’au sein du Conseil syndicale SMdA. Je remercie François de m’avoir ouvert les yeux.

Le départ d’un ami est surtout triste pour ceux qui restent…

François était un homme loyal, droit et à l’écoute des autres. Ses décisions étaient claires et sans détours.

Je le regrette déjà comme tous ceux qui l’ont connu, et je lui réserve une place dans mes souvenirs. Sa mémoire restera vivante pour tous ceux qui l’ont côtoyé.

Maria Catuogno, sculptrice – photographe, membre du conseil syndical SMdA Cfdt

Une volonté, une détermination, un homme a été fauché ;

Les engagements de notre camarade François au service de la MdA et de SMdA est un témoignage dans ce que l’action humaine a de plus élevé, la volonté de construire un avenir meilleur dans l’altruisme et la sincérité.

Nicolas-Guy Florenne, plasticien, membre du conseil syndical SMdA Cfdt, secrétaire fédéral culture F3C Cfdt

François et la gravure – ensemble nous avons suivi des cours de gravure à Chatou – mais François n’était pas satisfait des produits agressifs pour l’environnement – utilisés pour la gravure – et il m’a entraîné dans cet univers de la gravure non toxique. Dans son atelier au fond du jardin et petit à petit à force d’expérimentations et de tâtonnements divers nous avons avec courage réussi à monter cet atelier de gravure non toxique – François est cet homme à multiples entrées comme peut l’être la gravure.

Sylvie Kaptur-Gintz, plasticienne, membre du conseil syndical SMdA Cfdt

J’ai rencontré François de Verdière, il y a plus de dix ans lors d’une assemblée générale de la Maison des Artistes à l’École des Beaux-Arts de Paris. Rémy Aron, alors président de la MDA avait fait la place pour que s’expriment certains points de vue dissidents par rapport à l’art contemporain officiel, qui osaient dénoncer la situation faite en France à la plupart des artistes. François et moi sommes tombés d’accord sur une analyse commune. Depuis ce moment-là, François s’est engagé dans diverses directions pour trouver des moyens d’aider ces artistes abandonnés par la politique du Ministère. François suscitait mon admiration par son courage à se donner à fond en dépit des souffrances physiques qu’il endurait. Son expertise toujours intéressante à entendre a permis à la MDA de connaître un véritable développement sous sa présidence. Je salue en particulier les aides techniques à la professionnalisation des artistes, tutos, webinars, lettres types, modèles de contrat qui se sont développées au point de constituer une relation de dialogue quasi permanente entre la MDA et les artistes. Bien que nous ayons perdu aujourd’hui un collaborateur de grande valeur, je ne doute pas que toutes ces impulsions apportées par François continueront à se développer et à prendre de l’ampleur.

Martine Salzmann, plasticienne, membre du conseil syndical SMdA Cfdt

A la suite de la disparition de François puis de ses obsèques en sa terre Bretonne, je tenais personnellement à exprimer ce témoignage. J’ai rencontré François dans le cadre de mon premier mandat à la vice-présidence de la Maison des Artistes lors des travaux préparatoires en amont de la Convention européenne des arts visuels qui a eu lieu en 2008. A cette occasion, au cours de nos échanges, j’ai pu apprécier la vision entrepreneuriale qu’avait François du métier d’artiste-auteur. Le pragmatisme d’une activité professionnelle conjuguée avec l’état créatif, cet état d’esprit rejoignait le mien sur le sujet, sans oublier le caractère d’entraide entre artistes que nous partagions. Certes nos parcours de vie étaient forts différents ainsi que nos références, certes, au fil des ans et de nos chemins respectifs au sein de la Maison des Artistes, nous n’étions parfois pas du même avis, mais nous étions toujours dans l’échange et la discussion avec un objectif, sans nécessité de l’exprimer ouvertement : être constructif, aller de l’avant pour la cause commune des artistes pour laquelle nous nous étions engagés. En parallèle de nos pérégrinations « Maison », l’aventure du syndicat Solidarité Maison des Artistes s’est concrétisée plus amplement à la suite de son entrée au Bureau de la MDA après 2010. Nos liens d’engagement se sont renforcés et j’ai découvert un homme qui comme moi, fit preuve d’abnégation pour œuvrer ensemble à la défense syndicale des intérêts des artistes-auteurs au sein de la Cfdt. Très attaché au principe de diversité, de reconnaissance de nos métiers tant quant à leurs rémunérations qu’à leurs droits, sans ressasser amèrement avec « aigritude » et frustration les vieilles lunes de notre histoire et de notre secteur, François avait résolument une vision d’avenir qu’il voulait concrétiser dans le développement de la MDA et de ses services aux artistes-auteurs dès qu’il fut élu à sa présidence ainsi que dans son implication syndicale. Nous échangions peu sur notre activité professionnelle et nos créations respectives car le temps nous manquait, c’est mon grand regret mais j’appréciais son travail artistique qu’il avait su adapter non seulement au respect de l’environnement et de la santé au travail par les techniques de gravures non toxiques mais également à la technologie de la création numérique. Aujourd’hui, qu’il n’est plus là, je me souviens avec émotion d’un de ses derniers appels au sujet de l’actualité « brûlante » de la Maison des Artistes, me disant avant de raccrocher : « quand même, on forme une sacrée équipe tous les trois avec Antinéa » (Antinéa Garnier, directrice de la Maison des Artistes). Si le temps fait inexorablement son office, ma mémoire en conservera précieusement le souvenir…

Jean-Marc Bourgeois, plasticien-scénographe, secrétaire général du syndicat Solidarité Maison des Artistes Cfdt.

Sont associés également pour leurs messages de condoléances et de soutien transmis à la Maison des Artistes, au syndicat Solidarité Maison des Artistes Cfdt et à la famille et proches de François de Verdière : Peggy Bellenger, trésorière générale de la F3C Cfdt, Marie Buard, secrétaire générale adjointe de la F3C Cfdt, Stanislas de Corlieu, S2C Conseil, Etienne Busson, ministère de la Culture, René Fontanarava, ancien secrétaire national de la F3C Cfdt, Marie-Paule Founier-Guillot, Déléguée générale de La Maison des Artistes Sécurité Sociale, Gilles Fromonteil, ancien président du Conseil d’administration de La Maison des Artistes, ancien Vice-président de l’association La Maison des Artistes, Françoise Frugier, responsable de la section sculpture du Salon d’Automne, Jean Garcia, artiste-interprète, secrétaire général du SNAPAC Cfdt, Antoine Gitton, avocat au barreau de Paris, Roger-Pierre Hermont, SACEM, Jérôme Morin, secrétaire général de la Fédération Conseil Communication Culture – F3C Cfdt, Pascal Murgier, ministère de la Culture, Cécilia Rapine, secrétaire nationale de la F3C Cfdt, et tous les artistes-auteurs et autrices qui se sont exprimés à l’annonce de la disparition de François de Verdière.

Nous présentons nos excuses à celles et ceux que nous n’aurions omis de citer.

Le texte écrit et lu par le Bureau syndical SMdA Cfdt lors de la cérémonie funéraire, le vendredi 27 août :

Membre fondateur du syndicat Solidarité Maison des Artistes en 2008, souhaitant ardemment que notre « Maison » soit entendue et considérée par l’ensemble de nos interlocuteurs institutionnels, François s’est investi pleinement dans cette action syndicale pour la cause commune des artistes, en parallèle de son engagement au sein de la Maison des Artistes.A nos côtés, présent dans son conseil syndical, François a accompagné les évolutions de notre syndicat même lors de son affiliation à la Cfdt, témoignage d’un riche parcours professionnel de l’ingénierie civile Aéronautique à la défense des intérêts des artistes-auteurs.

Tu étais, François, un homme de convictions et jamais tu n’as failli à la mission pour laquelle tu avais été élu, t’impliquant sans compter pour la reconnaissance pleine et entière de nos métiers de créateurs.

Tu étais, un homme conscient du passé, mais résolument tourné vers l’avenir, ton travail artistique et tes projets de développement pour la Maison des Artistes et notre syndicat en sont l’expression.

Si nous avons aujourd’hui perdu un confrère, un collègue, un ami et nous en sommes toutes et tous considérablement attristés, ton œuvre demeure forte et intense toujours vivante, et, ton esprit demeure en notre syndicat et notre « Maison ».

Bon voyage François, sur les océans et les mers de l’éternité…

Jean-Marc Bourgeois, Martine Salzmann, Charles Pasino, Laurence Duc, Sylvie Kaptur-Gintz, Cristina Marquès, Jean-Luc Curabet, Maria Catuogno, Roselyne Erutti, Nicolas-Guy Florenne.

Texte écrit et lu par les membres du Bureau de l’association lors de la cérémonie funéraire, le vendredi 27 août :

François,

Tu nous as quitté tristement ce lundi 23 août, en plein été, et en plein vol lancé vers de multiples projets à l’intention des artistes.

Tu nous manques déjà terriblement, mais le président de la Maison des Artistes, l’artiste, l’ami, l’homme, reste dans nos cœurs, nous épaulant pour prolonger toutes les belles choses que tu as réalisées par ton charisme, ton humanité, ton talent, ton écoute attentive, ta qualité à réguler les conflits, telle les vagues de la mer qui se déroulent avec force mais en douceur.

François, nous sommes affectés, nous présentons à ta famille et tes proches nos sincères condoléances.

Tu restes notre ami pour toujours, l’ami de tous les artistes de la Maison. Nous allons continuer à naviguer sur les flots comme tu nous as appris à le faire, avec confiance, et en regardant sereinement vers l’horizon de la mer que tu aimais tant nous t’adresserons un regard complice.

Alain Lovato, Nacera Kaïnou, Laurence Duc, Ariane Cock, Jörg Fischer.

Puis il découvre dans le grenier une collection familiale de photos sur plaques de verre représentant les côtes bretonnes et le travail de la mer, datant du début du XXème siècle.

Après leurs numérisations puis un travail de retouches graphiques sur Photoshop, les photographies sont imprimées sur toile puis complé-tées par un travail de peinture.

Chère adhérente, Cher adhérent,

Suite à l’annonce du décès de notre président, François de Verdière, nous avons reçu de nombreux témoignages et hommages de la part de personnes ayant travaillé avec lui ou l’ayant côtoyé dans le cadre de ses fonctions au sein de l’association et du syndicat SMdA-Cfdt.

Nous vous proposons de lire l’article retraçant l’engagement de François de Verdière et sa carrière artistique, ainsi que les textes écrits par le Bureau de l’association, l’équipe, le Conseil syndical et le Fonds de dotation.

Les adhérents et toutes les personnes qui le souhaitent peuvent poursuivre notre hommage et laisser un témoignage ou un souvenir dans les commentaires de cet article.

À la suite de la disparition de notre président François de Verdière, l’association et les personnes qui l’ont connu, souhaitent ici lui rendre hommage.

Un engagement auprès des artistes

François de Verdière a débuté sa carrière professionnelle comme ingénieur dans l’aéronautique. Au début des années 90, après une formation aux Etats-Unis et en France aux pratiques des arts visuels, il décide en 1995 de se consacrer à la création artistique. À partir de cette date, il se perfectionne et devient coloriste, peintre, graveur et plasticien photographe.

Dès 2007, sa carrière artistique l’amène à s’investir dans l’association La Maison des Artistes. Il est d’abord chargé d’identifier et de contacter les associations d’artistes dans les différents pays de l’Union Européenne afin de réaliser la Convention Européenne des Artistes.

En 2010 et 2016, il est élu au Bureau de l’association comme secrétaire général, puis en 2018 comme président.

Parallèlement, en 2008, il participe à la création du syndicat Solidarité Maison des Artistes et en 2012, il travaille à son rapprochement avec la Cfdt. Cela permet aujourd’hui au syndicat d’être un interlocuteur de premier plan auprès des pouvoirs publics et des institutions, en relation étroite avec La MdA.

Au cours de son mandat en tant que président, François de Verdière s’est particulièrement occupé de cinq grands projets :

1/L’envoi d’une lettre ouverte aux parlementaires de l’Assemblée nationale et du Sénat portant sur le respect de la diversité par les institutions et sur l’état économique de grande précarité des artistes professionnels. Cette action a permis l’organisation d’une vingtaine de rendez-vous et réunions de travail avec les parlementaires, présidents de Régions et de Métropoles.

3/ Le développement d’un réseau de galeries associatives pour permettre à des associations de profiter du mécénat et pour construire des lieux ou les artistes peuvent montrer leur travail, le réseau des petites et moyennes galeries disparaissant progressivement.

4/ La prise en compte des artistes-auteurs dans le cadre des mesures de soutien liées à la crise sanitaire à travers des échanges avec les ministères de la Culture et des Affaires Sociales.

5/ Suivi de la réforme du régime social des artistes-auteurs et de la place de l’association au sein de cette réforme.

►Le syndicat SMdA Cfdt conjointement avec la Maison des Artistes, vous partage l’hommage à François de Verdière, membre fondateur du syndicat et président de la Maison des Artistes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire