Académie de Paris – Verbaliser : une pratique cruciale – Portail de l’Académie de Paris – Adelaide.Pralon@ac-paris.fr

Le but de cette séquence est d’amener le plus grand nombre gagner en autonomie, à faire des choix et à les affirmer sans chercher l’assentiment du professeur. Enfin il s’agit aussi pour eux de prendre de la distance et de porter un regard sur ce qui est produit, d’affiner l’analyse des images auxquelles ils se confrontent en classe et à l’extérieur. Cette séquence de 3 un va et vient entre un travail commencé en classe et poursuivi à la maison. D’une l’autre le professeur fera le point avec les découvertes et s’attachera surtout les compétences suivantes :

S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs ; établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir à l’

Dire avec un vocabulaire approprié ce que l’on fait, ressent, imagine, observe, analyse ; s’exprimer pour soutenir des intentions artistiques ou une interprétation d’œuvre.

Établir des liens entre son propre travail, les œuvres rencontrées ou les plus originaux.

Expliciter la pratique individuelle ou collective, écouter et accepter les avis divers et contradictoires.

Porter un regard curieux et avisé sur son environnement artistique et culturel, proche et lointain,

notamment sur la diversité des images fixes et animées, analogiques et numériques.

Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art

Reconnaitre et connaitre des œuvres de domaines et d’ appartenant au patrimoine national et mondial, en saisir le sens et l’une œuvre.

Identifier des caractéristiques (plastiques, culturelles, sémantiques, symboliques) inscrivant une œuvre dans une aire géographique ou culturelle et dans un temps historique.

Proposer et soutenir l’analyse et l’interprétation d’une œuvre.

Interroger et situer œuvres et démarches artistiques du point de vue de

l’auteur et de celui du spectateur.

1 :

La va amener les la prise de vue photographique et à se familiariser avec les qu’offrent le numérique ( visualisation immédiate des images, recadrage, ajouts de filtres, incrustation….) Les effets obtenus, visualisés et analysés lors de la verbalisation, pourront donner lieu à un apprentissage collectif en terme de vocabulaire et de savoir-faire.

Enfin, les explications qui seront leurs images et leurs acquis à un autre moment de la séquence.

L’incitation suivante est inscrite au tableau : « Je m’évade de la salle d’Arts Plastiques »

Aujourd’hui ( rajouter date et heure), à l’aide des tablettes prenez 1 photographie qui prouve que vous êtes en salle d’Arts Plastiques. Puis sans sortir de la pièce, 1 autre qui nous laissent imaginer que vous n’y êtes plus.

Le point de vue, la lumière, le cadrage, les feuilles pour que vous offre la tablette en terme de retouche d’image, tout peut et doit concourir à accentuer cette idée.

Les se mettent au travail pour une trentaine de minutes. Le professeur peut à cette occasion évaluer les observables suivants :

A l’issue de ce temps de pratique, les photographies de l’ensemble de la classe sont projetées au tableau. Un échange collectif permet de pointer du doigt les découvertes et effets obtenus.

Un se questionne sur une des photographies qui montre une affiche accrochée dans la classe (Les meules de Monet). Le professeur interroge la classe sur l’opération technique qui a et sur les effets obtenus.

Les : « il a derrière » « il s’est rapproché de l’affiche pour ne plus qu’on voit le reste de la classe et qu’on ait l’impression qu’on est à la campagne ».

Une autre photographie présente la silhouette d’un suivi de ce qui s’est positionné devant la fenêtre ouverte pour montrer la rue en arrière plan.

Les : « on voit bien l’extérieur mais on ne reconnaît pas la personne qui est sur la photo ».

Le professeur : A votre avis pourquoi ?

Un : « c’est à cause de la lumière » Un autre : « oui mais c’est bien parce que ça attire notre attention sur ce qu’il y a derrière »

Le professeur profite de ce moment pour énoncer du vocabulaire spécifique (cadrage, point de vue, gros plan, contre-jour, contraste….).

Pour clore cette séance, le professeur montre des images de la campagne de 2010 du journal « Le Monde » « On ne sait rien quand on ne sait pas tout » afin de sensibiliser les aux différents discours que peut tenir une même image en fonction de ce qu’on donne à voir au spectateur.

2 :

Cette séance de pratique est avant tout un autre moment de la salle d’un objet qui va devenir le support d’une démarche de projet en autonomie complète puisqu’il sera en dehors de la classe et qui sera par la suite sujet à des temps distance ou en classe.

Elle peut cependant trouver un ancrage dans les programmes :

La de l’oeuvre ; l’objet et l’oeuvre

Les qualités physiques des matériaux : les matériaux et leur potentiel de signification dans une intention artistique, les notions de fini et non fini ; l’agencement de matériaux et de matières de caractéristiques diverses (plastiques, techniques, sémantiques, symboliques).

Matériel : 1 Feuille de papier blanc format A3 (Cette contrainte a pour but d’éviter que les objets fabriqués ne soient trop grands et volumineux.) Ciseaux, colle, scotch

L’incitation suivante est inscrite au tableau :

En utilisant uniquement la feuille distribuée comme matériau, fabriquez un objet évoquant le voyage. Votre objet doit être facile à transporter.

(exemples non communiqués au tableau : Valise, moyens de locomotion (avion, bateau en papier), oiseau….)

Le temps de pratique est variable en fonction des projets envisagés. Certains ont choisi de fabriquer des avions en papier en pliant leurs feuilles. Leurs réalisations sont assez rapides. Ils les gardent telles quelles ou rajoutent de la couleur. Ils essaient de les faire voler, puis les modifient s’ils ne sont pas satisfaits du résultat ou décident de changer totalement de projets. D’autres ont imaginé des productions plus complexes : fabrication de valises à l’aide de patron, boussole…Des difficultés pour construire les productions apparaissent pour certains d’entres eux à cause de la diversité des matériaux mis à disposition.

3 :

Les productions terminées la semaine sont listés.

Chaque doit interroger son voisin sur ses choix (sorte de mini interviews qui peuvent être ou ). A tour de rôle, les vont prendre du recul sur leurs productions. « L’onglet « commenter » et « l’intervieweur » vont se questionner ensemble.Ce dispositif est travailler la 3 : S’exprimer, analyser sa pratique, celle de ses pairs;établir une relation avec celle des artistes, s’ouvrir à l’extérieur.

Trois questions sont aux et écrites au tableau afin de les aider cet exercice: Qu’évoque pour toi le mot voyage ? Pourquoi as-tu de fabriquer cet objet ?….

Des binômes se forment pour s’interroger sur leurs réalisations pendant une vingtaine de minutes.

Le professeur passe dans certains groupes pour évaluer les observables suivants :

Quelques utilisent uniquement les questions par le professeur et répondent surtout en décrivant leur manière de procéder et les observables suivants:

:

« J’ai choisi de fabriquer un sac car c’est un objet qu’on emporte partout… J’ai coupé la feuille en 4. J’ai ensuite assemblé les 4 bouts pour former un second temps. Comme le cadre d’ un peu grand, j’ai une partie du carré pour fabriquer une lanière. Le mais c’était surtout l’assemblage qui car il fallait scotcher toutes les feuilles pour que un objet en 3D sans froisser le papier».

Sasha :

« J’ai fait un sac car j’utilise beaucoup cet objet pour le voyage J’ai fait un patron en papier puis je l’ai recouvert de scotch pour le renforcer. Enrouler le sac de voyage avec le scotch a ̀ terme une étape fastidieuse et très longue ».

D’autres proposent de leurs propres initiatives des questions supplémentaires permettant ainsi à leurs camarades d’approfondir l’analyse de leurs productions :

« As-tu terminé ton travail ? » ( cela permet de s’interroger sur la capacité de « Mener à terme une production individuelle dans le cadre d’un projet accompagné par le professeur….)« Est-ce » ? (cela permet de s’interroger sur la capacité de «Faire preuve d’autonomie, d’initiative, de textes, d’engagement et d’esprit critique dans la conduite d’un projet personnel).

« Si tu pouvais rajouter quelque chose, que rajouterais-tu ? » ( cela permet de s’interroger sur la capacité de « Confronter intention et réalisation dans la conduite d’un projet pour l’adapter et le manipuler)« Quel autre objet pourrais-tu associer au voyage ? »

« T’as trouvé bien comme expérience ou pas ? »

Une rapide synthèse est faite avec la classe. Les problèmes techniques rencontrés sont listés.

Des réponses sont apportées par des intentions artistiques ou le professeur. Enfin ce dernier demande aux qui ont inventé d’autres questions de les énoncer au reste de la classe. Les qui ont analysé leur production uniquement sous l’angle de la fabrication, prennent alors un peu plus recul face à leurs réalisations.

A l’issue de ces échanges, le professeur les feuilles des interviews écrites. Cela va lui permettre d’avoir une vision plus précise des questions posées et des par tous les de la classe et en particulier ceux qu’il n’a pas pu évaluer pendant le cours.

Avant de présenter la suite du projet qui va se poursuivre en dehors du cours, le professeur interroge la classe :

Qui peut nous rappeler ce que vous avez découvert il y a quinze jours lors de la séance « Je m’évade de la salle d’Arts Plastiques ». Les ce qu’ils ont appris d’un point de vue technique et utilisent des mots de vocabulaire spécifiques. Ils soulignent aussi les incidences des choix (ex : tromper le spectateur pour le manipuler )

C’est l’occasion pour le professeur de raviver ce qui a vu et d’inciter les leurs connaissances dans la suite de la séquence.

Une nouvelle incitation est inscrite au tableau : « Emportez votre production et faites nous croire qu’elle voyage. »

Mettez en scène l’objet que vous avez fabriqué en classe et prenez-le en photo. En essayant de réinvestir vos découvertes (cadrage, point de vue, éclairage, retouches …), faites nous croire qu’il voyage.

Le professeur montre aux é le blog qu’il a attire notre attention sur l’ENT pour la classe afin que les postent leurs prises de vue pour la semaine suivante.

Il rajoute :

Il s’agit pour vous de tenir un journal de bord de son périple, racontez nous son histoire à l’aide de photographies, mais aussi pourquoi pas de textes, d’enregistrements sonores…)

Le dispositif mis en place a pour but de la classe sur une pratique autonome et qui sera par la classe. L’un objet qui va devoir prendre des initiatives et faire des choix sans chercher « l’approbation » de son professeur. Il va devoir déterminer seul les de son projet (intention, réalisation, exposition) sans que le professeur ne lui donne de repère temporel autre que l’habitude peu d’un rendu sur le blog avant la prochaine séance.

Un ancrage aux programmes est possible mais l’évaluation de la pratique de l’ en terme d’observables est compliquée puisque les réalisations sont effectuées en dehors de la classe. Le professeur va donc devoir s’appuyer sur les explications qui seront fournies par les dans un second temps. Le professeur explique aux qu’il s’agit d’un suivi de ce qui a l’image de la classe et qu’ils vont aussi commencer un autre travail pendant l’heure de cours.

Début de séance : Echange collectif de 15 à 20 minutes. Retour sur les productions postées sur le Blog.

Les avec beaucoup d’enthousiasme et d’inciter les images par leurs camarades. Ceux qui n’ont pas la demande exposent leurs le travail semble regretter de la séance (parfois réelles et matérielles, parfois un alibi pour un travail non ).

Au vu des images projetées et de l’ensemble de la classe pour les mises en scène parfois comiques, les explications qui n’ont pas fait le travail semble regretter de ne pas s’être investis. En préparant cette séance, le professeur a aussi découvert avec surprise que certains qui ne s’investissent pas avec beaucoup de vos camarades et de sérieux en classe ou qui montre d’habitude peu d’autonomie dans les projets proposés se sont montrés ici très productifs et ( plusieurs fois leurs envois d’images, demandant à un camarade de poster leurs photographies car ils n’arrivaient pas à le faire dans les délais impartis…)

Afin de mobiliser l’envie des photographies qui n’on pas fait leurs images et qui sont maintenant motivés pour participer eux aussi au projet (peut-être une envie pour eux de s’inscrire dans ce qui devient un projet de classe et non plus un simple projet individuel) le professeur indique à la classe que le Blog est ouvert pour une pratique autonome et qu’il peut encore être n’importe quel moment (pour ceux qui n’ont encore rien posté ou ceux qui souhaiterait envoyer d’autres photographies).

Puis un échange commence avec l’ensemble de la classe. Les qui le souhaitent peuvent présenter leur démarche et expliquer les de leurs réalisations. Cependant, seuls ce qui sont à l’aise à l’oral prennent la parole. Afin de mobiliser l’ensemble de la classe sur une analyse plus approfondie des images présentes sur le blog, le professeur donne une dernière consigne pour la semaine suivante.

« Pour la semaine prochaine, « commentez » sur le blog votre propre réalisation et celle d’un de vos camarades.

En cliquant sur l’onglet « commenter » rédigez un texte pour nous présenter l’image de votre travail. Parlez nous de la manière dont vous avez . Puis vous donnerez un avis objectif sur le projet final. (ex : Selon vous, est-il abouti ? Si vous pouviez le modifier que changeriez-vous ?… )

Choisissez la production d’un de vos camarades et livrez nous vos impressions. Pourquoi avoir choisi cette image ? Qu’avez-vous aimez dans cette réalisation ? Que pensez-vous des choix de votre camarade.

Deuxième partie de la séance : Autre projet proposé aux

Les commentaires postés par les énoncer au cours de la semaine seront lus par le professeur ultérieurement.

Exemple de commentaires :

Puis elle commente celui d’Ilef :

« J’ai trouvé que La montre à voyager dans le temps par Ilef était un des travaux les plus originaux. La montre est le seul objet qui représente une autre forme de voyage : celui dans le temps. De plus, les couleurs violettes, bleues et roses créent une atmosphère assez rapides. Enfin, le flou de l’image contribue à rendre la mise en dehors du cours, avec un magique. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire