La Cité interdite présente ses innovations numériques au CIFTIS – French China

Avec la possibilité d’admirer une vue panoramique de la Cité, de célèbres tableaux de sa collection, dont la peinture des jeux de glace, un cabinet aux trésors numérisés, de faire l’expérience des recherches archéologiques en réalité virtuelle et en réalité augmentée, et de découvrir les nouveaux services du mini-programme officiel du Palais sur WeChat et les produits dérivés sur son application dédiée, l’accent est mis sur les dernières réalisations et applications en matière de services de technologie pour la conservation du patrimoine et l’accès du public.

De nouvelles arrivées à l’ancien Palais

L’exposition numérique de la Cité interdite a attiré de nombreux visiteurs. Parmi les jeunes guides enthousiastes présentant l’exposition aux visiteurs, Kang Xiaolu, diplômée en industrie des médias à l’Université de Leeds en 2017, a rejoint à son retour en Chine le département numérique et de l’information et fait partie des nouvelles arrivées au Palais.

Ce département, unique en son genre selon elle, organise un flux de travail pour la numérisation. La première étape consiste à prendre des photos des trésors culturels et à compiler des dossiers de données en 3D, afin de pouvoir mettre en place un système de ressources patrimoniales dans lequel chaque objet se voit attribuer une « carte d’identité » et un « label ». À l’issue de ces efforts, les ressources numériques sont présentées au public sur le site officiel, le mini-programme, les applications dédiées et les autres plateformes.

« Avant de commencer à travailler ici, je pensais que l’atmosphère de travail à la Cité interdite devait être sérieuse et solennelle. En arrivant, j’ai découvert une équipe jeune et dynamique. Notre département est composé d’environ 80 collègues, nous sommes tous jeunes, une grande place est faite à la créativité, nous sommes encouragés à avoir un esprit ouvert, à faire preuve d’audace et d’innovation dans la création de produits numériques qui plairont aux jeunes d’aujourd’hui », explique-t-elle.

Le numérique au service de la transmission du patrimoine

Depuis la création du département des données et de l’information en 1998, le Musée du Palais a accumulé plus de 20 ans d’expérience en matière numérique. En reflet de la popularisation des technologies numériques au fil des ans, le département a été rebaptisé département numérique et de l’information, et la Cité interdite de 600 ans a bénéficié d’une nouvelle vie grâce à l’ère numérique.

Lorsque l’on évoque des expériences de visite de la Cité interdite, on pense toujours à la foule. Par ailleurs, les salles ouvertes au public et les trésors présentés ne constituent que la partie émergée de l’iceberg de la vaste collection. « Grâce à la technologie numérique, les visiteurs peuvent voir la Cité interdite sous de nombreux angles et en admirer les détails. Par exemple, la vue panoramique utilise la technologie de la photographie panoramique pour capturer une image à 720 degrés sans aucun autre visiteur à l’intérieur du site. On dépasse ainsi les contraintes temporelles et spatiales habituelles pour créer une Cité interdite en ligne qui permet aux visiteurs de voir le Palais en toute saison sans quitter leur domicile. C’est une expérience impossible à vivre même lorsque l’on visite le site en personne », indique Yu Zhuang.

« Les données que nous avons compilées au cours des 20 dernières années permettent d’améliorer nos services numériques, mais aussi de mieux préserver et transmettre le patrimoine culturel », poursuit-il. « Si jamais des vestiges culturels devaient un jour subir des dégâts imprévisibles ou irréversibles, nous pourrons utiliser les données dont nous disposons déjà pour effectuer un travail de restauration avec l’aide de l’impression 3D ou d’autres technologies, afin de pouvoir assurer pour toujours la transmission du précieux patrimoine culturel de l’humanité. »

Promouvoir la culture chinoise et les échanges culturels internationaux

La forte intégration de la culture et de la technologie à la Cité interdite est très appréciée par le public. Yu Zhuang note que les plateformes et services numériques du Palais sont désormais disponibles dans plus de 200 pays et régions du monde, et les applications en chinois et en anglais ont connu un grand succès. Depuis le 18e Congrès national, la matrice culturelle numérique du Palais a été utilisée plus de 9 milliards de fois, et en février 2020, au début de la pandémie de Covid-19, le Musée du Palais a lancé sa plateforme de visite virtuelle de la Cité interdite. Avec plus de 150 millions de visites déjà effectuées, cette plateforme a compensé l’impossibilité pour les visiteurs nationaux et internationaux de visiter le site sur place.

« La Cité interdite est le complexe de bois le plus grand et le mieux préservé du monde et sa collection comporte 1,86 million de trésors culturels, qui sont non seulement des trésors de la nation chinoise, mais qui font aussi partie du patrimoine culturel de toute l’humanité. Nous réfléchissons actuellement à la manière de rapprocher ces précieux trésors de la civilisation humaine d’un plus grand nombre de personnes », explique Yu Zhuang, en ajoutant que « la Cité interdite est l’une des trois plus grandes plateformes d’ouverture de la Chine vers le reste du monde, et nous espérons l’utiliser pour faire mieux connaître la Cité interdite dans le monde grâce au numérique, ainsi que pour renforcer les échanges entre institutions internationales et élargir la coopération internationale. Notre objectif ultime est de construire une communauté d’avenir partagé grâce aux échanges et à l’appréciation mutuelle des civilisations. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire