Condamnation d’un élu pour le contenu de son « mur » Facebook : pas de violation de la Convention

Les juridictions françaises n’ont pas porté une atteinte disproportionnée à la liberté d’expression en condamnant pour provocation à la haine raciale un élu qui avait mis six semaines à supprimer de son mur Facebook des messages haineux publiés sur son mur Facebook par un tiers. 

en lire plus

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire