Au temps des Romains : une ancienne route découverte sous Venise | Pratique.fr – Pratique.fr

Avant la fondation, au VIe siècle, de la ville — qui allait devenir à l’époque du tourisme, l’un des meilleurs sites pour lune de miel — Venise n’avait rien d’insulaire. La mise au jour récente d’une antique route terrestre au fond du canal Treporti, situé vers le nord de la lagune actuelle, apporte davantage de précisions sur l’état des lieux au temps des Romains. Grâce à une sonde à sonar multifaisceaux, l’équipe scientifique de Fantina Madricardo a scanné en profondeur la lagune vénitienne. La découverte, en 1980, de nombreuses pierres de vestige par des plongeurs a motivé cette archéologie sous-marine. La présence d’une vieille route romaine, qui s’étendait le long d’une berge sur environ 1 140 mètres, est désormais établie. En d’autres termes, la Venise d’avant sa fondation était une ville située sur la terre ferme.

Une cartographie 3D des structures découvertes

Les données collectées par le repérage acoustique de la sonde ont permis une reconstitution tridimensionnelle des environs de l’ancienne route. La cartographie 3D met en évidence l’existence d’au moins 12 structures archéologiques longeant l’ancienne voie romaine. Des investigations plus poussées ont révélé une approximation des dimensions de ces édifices qui, selon les données, faisaient 2,7 mètres de haut sur 52,7 mètres de long. Ces structures, alignées dans une direction nord-est le long de la voie antique, formaient vraisemblablement un port constitué de tours défensives et de bâtiments privés. Les auteurs de l’enquête affirment même que cette zone était traversée par des voyageurs et des marins, qui commerçaient entre Chioggia et l’ancienne cité d’Altinum.

Les preuves d’une vie romaine stable dans l’ancienne Venise

En plus de nous donner un aperçu concret de ce à quoi ressemblait Venise avant sa submersion, la découverte de l’ancienne route et des structures qui jadis la longeaient nous prouve l’existence d’une civilisation romaine stable dans cette région. Le paysage était alors très différent de la Venise actuelle. Les lieux urbanisés étaient visiblement accessibles par transport terrestre telle que l’atteste la présence antique de cette route récemment mise au jour. Avec la montée de deux mètres des océans d’ici 2100, les autres villes du monde entier risquent aujourd’hui une submersion maritime, similaire à elle qu’a connu la « Cité des Doges ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire