Ils sont de Van – Nouvel Hay

Voici le lien pour la page: https://www.houshamadyan.org/en/mapottomanempire/vilayet-of-van/kaza-of-van/local-characteristics/song-vagharshak-shahinian.html

La préparation de cet article a nécessité des efforts de collaboration considérables. La contribution la plus importante a été faite par Armen Shahinian, le fils d’Antranig et d’Alice. C’est lui qui a rassemblé les photographies de famille. Il a également effectué le travail considérable de compilation et de numérisation des chansons, de leurs histoires et des enregistrements de performances. Armen était aussi notre principale source d’information sur l’histoire de la famille. En cela, il a été aidé par de nombreux autres membres et amis de la famille Shahinian, dont chacun a joué un rôle crucial dans la renaissance de ces héritages musicaux uniques. Nous sommes reconnaissants à tous. Nous remercions également les amis turcs et kurdes de Houshamadyan, qui ont volontiers transcrit les chansons turques et kurdes interprétées par Vagharshak. Leurs contributions ajoutent au caractère unique de cette page, car c’est la collaboration interethnique qui a redonné vie à cet héritage culturel partagé.

Avant le génocide de 1915, elle était peuplée majoritairement d’Arméniens.

L’origine du nom vient de l’ arménien classique van signifiant « village ».

Sommaire

Histoire

Sous le nom de Tushpa, Van fut la capitale du royaume urartéen au ixe siècle av. J.-C. À 5 kilomètres de la ville actuelle, se trouvent les ruines de la forteresse de Van construite par les Urartiens. On y a aussi découvert des inscriptions cunéiformes urartiennes. La ville passa ensuite sous la domination des Mèdes au viie siècle av. J.-C., puis des Perses au vie siècle av. J.-C..

La région vit ensuite les Parthes, puis les Romains, et enfin les Sassanides vers le ive siècle apr. J.-C. Van, alors appelée Shamiramakert (« construite par Sémiramis ») et dirigée par les nakharark Ervandouni (descendants des Orontides), est incendiée par ces derniers envahisseurs en 3632.

L’ Empire byzantin contrôla brièvement la région de 628 à 640, quand elle fut prise par les Arabes qui créèrent la province d’Arménie ( al-Arminiya). À la suite des Sadjides au ixe siècle, les Byzantins reprirent la région au xe siècle.

Au début du xve siècle, la région de Van fut âprement disputée entre les Ottomans et les Séfévides qui occupèrent Van en 1502. Les Ottomans prirent la ville en 1515, et, après l’avoir perdue en 1520 au profit des Séfévides, se l’attachèrent définitivement en 1548. Van fut alors érigée en sandjak dépendant d’ Erzurum, puis en province en 1570.

Au cours de la Première Guerre mondiale, la majorité des 192 000 Arméniens de Van 3 fut décimée par les troupes ottomanes lors du génocide arménien. Le nouveau gouverneur de Van, Jevdet Bey, vouait une haine particulière envers les Arméniens et ordonna rapidement la mobilisation de 4 000 soldats arméniens afin de laisser une ville sans défense possible. Par la suite, sous prétexte de recherche d’armes, les gendarmes turcs entrent dans les villages environnants et massacrent les populations arméniennes 4. D’après l’ambassadeur Henry Morgenthau, Jevdet, à l’approche des armées russes, ordonna le 20 avril 1915, l’exécution d’une Arménienne qui voulait entrer dans la ville et de deux hommes venus l’aider 5. Ce fut le début de la révolte contre les Turcs et en faveur des Russes, seuls capables de mettre fin à une situation rapidement désespérée face à la diminution des munitions et des vivres.

Les Russes prirent finalement Van à la fin du mois de mai 1915 mais en août 1915, une victoire sur l’armée russe permit à l’armée ottomane de revenir à Van où la prise de la ville, après une violente bataille, provoqua la mort de 100 000 habitants. En septembre 1915, les Russes forcèrent les Turcs à se retirer de nouveau. Mais avec la révolution russe de 1917, les troupes quittent la ville et laissent la porte ouverte à l’armée ottomane qui reprend le contrôle de la ville jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Par le traité de Sèvres, la ville fut ensuite brièvement incorporée à la première République d’Arménie en 1920, mais fut rapidement reprise par les armées turques d’ Atatürk la même année.

La ville ancienne, au pied de la citadelle ( Van Kalesi), ayant été complètement rasée et vidée de sa population, la ville actuelle fut reconstruite quelques kilomètres plus loin à partir des années 1920. Elle fut victime d’un très violent séisme dans les années 19506.

Le 23 octobre 2011, la ville est de nouveau frappée par un violent séisme 7. Les 4 et 5 février 2020 , deux avalanches qui se produisent à Bahçesaray font 41 morts et 84 blessés 8.

Géographie

Rives du lac de Van.

Van est situé sur le Haut-plateau arménien à 1 720 mètres d’altitude à 5 kilomètres du lac de Van, le plus grand de tout le pays avec ses 3 600 km2.

Cette région de l’extrême sud-est de la Turquie est montagneuse et relativement aride.

Le climat y est continental à montagnard avec des hivers froids et neigeux. Le record de froid est de -24,8° et le record de chaleur est de 37,0°

Le Van contemporain

La ville actuelle est finalement moderne puisque principalement construite après les années 1950. Les œuvres architecturales ottomanes et arméniennes ont en majorité disparu et la ville n’a que peu d’intérêt esthétique. Les touristes viennent d’ailleurs à Van pour visiter Van kalesi, l’ancienne cité, et profiter du lac, à quelques kilomètres du centre-ville. Van est aujourd’hui habitée majoritairement par des Kurdes.

La ville est le siège de l’ université des 100 ans de Van qui fut récemment au centre d’un scandale autour de son recteur.

À l’instar de plusieurs villes de Turquie nationalement reconnues pour leur gastronomie (les böreks par exemple), Van est réputée à travers tout le pays pour ses petits déjeuners.

La région est aussi le berceau d’une race de chat devenu très rare, le Van kedisi (le chat de Van, en turc). C’est une race à poil mi-long blanc et tacheté de roux aux extrémités.

Personnalités nées à Van

Galerie

La forteresse et le lac de Van, par Jules Laurens, membre de l’expédition Hommaire de Hell (1846-48).

Ruines de la vieille ville.

source : wikipedia

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire