Cinq raisons pour lesquelles le bassin du MSGBC est une destination de choix pour investir (Par Miguel Artacho) – Africa Newsroom

En 2014, l’industrie pétrolière et gazière a connu un ralentissement et les prix mondiaux du pétrole brut ont fortement chuté – puis, plus récemment, l’industrie a de nouveau été malmenée par le début de la pandémie de COVID-19. Mais malgré ces défis (https://bit.ly/3p0DGto), les pays du bassin du MSGBC ont fait figure d’exception. Selon la société TGS, spécialiste de la cartographie sismique et géophysique : « Le bassin du MSGBC a été la lueur d’espoir de l’exploration africaine dans le contexte sombre que l’industrie a connu récemment. Cette lueur, ou plutôt ce projecteur, a été projeté sur la région grâce aux récentes découvertes de classe mondiale au Sénégal et en Mauritanie. »

Ces succès majeurs en matière d’exploration dans les eaux offshore du Sénégal et de la Mauritanie ont servi de catalyseur pour susciter l’intérêt et ont conduit un nombre croissant de pays à réaliser des études sismiques et des activités d’exploration et de production, notamment la Gambie, la Guinée Bissau et la Guinée Conakry. TGS est présente dans le bassin MSGBC (https://bit.ly/3j0GToZ) depuis 2010, date à laquelle elle a acquis un ensemble de données 3D en Gambie. Depuis, son activité s’est considérablement développée ; TGS réalise actuellement l’étude sismique 3D Gambito 2020 dans le bassin MSGBC, au large de la Gambie. L’acquisition de TGS est le dernier développement en date de la volonté de la Gambie d’explorer les ressources offshores et de construire une économie énergétique significative. En outre, l’année dernière, le gouvernement a signé un contrat avec la supermajor BP pour explorer le pétrole et le gaz au large de ses côtes.

D’autres pays de la région MSGBC, comme la Guinée-Conakry (https://bit.ly/3vaZwLS), cherchent également à mettre en valeur le potentiel de leurs ressources naturelles. Par exemple, la création du ministère des Hydrocarbures s’inscrit dans le cadre d’un fort accent gouvernemental sur la valorisation des hydrocarbures. L’Office National des Pétroles (ONAP) (http://onap.gov.gn/) de Guinée-Conakry est chargé de soutenir la stratégie du ministère en fournissant une expertise technique sur les opérations en amont et en aval. La Guinée-Bissau s’efforce également de mener activement de nouvelles activités d’E&P sur un certain nombre de blocs offshore qui sont exploités par des entreprises telles que CNOOC et d’autres IOC de taille moyenne en partenariat avec la compagnie pétrolière nationale Petroguin E&P.

Énergie renouvelable

En plus d’être le leader des pays du bassin du MSGBC en matière de développement des hydrocarbures, le Sénégal s’est également imposé comme une référence dans le développement d’ambitieux projets d’énergie renouvelable. Les projets d’énergie photovoltaïque et éolienne contribuent de manière significative à la diversification du mix énergétique au Sénégal et pas moins de 30% de l’électricité produite dans le pays provient aujourd’hui de sources d’énergie renouvelables. Parmi les projets marquants, citons la centrale éolienne de Taiba N’Diaye, exploitée par Lekela Power. Le projet est conçu pour produire de l’électricité pendant au moins 20 ans grâce à ses 46 turbines éoliennes.

Il existe également d’excellentes opportunités pour entreprendre des projets d’énergie renouvelable en Guinée-Bissau, en Guinée-Conakry et en Gambie. Par exemple, la Gambie a récemment dévoilé un projet de 2,7 millions d’euros intitulé Renewable Energy Potentials in The Gambia (REPGam). L’initiative est financée par le ministère fédéral Allemand de l’éducation et de la recherche.

La Guinée-Bissau (https://bit.ly/3ax9HRp) est également particulièrement prometteuse pour les investissements dans les centrales solaires et les projets de production d’énergie hydroélectrique. Récemment, la société chinoise Sinohydro a entamé la construction de l’une des premières centrales solaires à grande échelle, dans le but de vendre de l’électricité à la compagnie nationale EAGB, dans le cadre d’un contrat à long terme, ce qui triplera la capacité de production d’électricité de la compagnie nationale.

Amélioration constante du climat d’investissement

Ces dernières années, tous les pays du bassin du MSGBC ont grimpé dans les classements mondiaux en raison de l’amélioration continue de leur climat des affaires évalué par des institutions telles que Ease of Doing Business (https://bit.ly/3ayg7iS) de la Banque mondiale, Transparency International, Extractive Industry Transparency Initiative et The Heritage Foundation. Le Sénégal arrive en tête du classement, avec une position de 123 sur 190 pays, suivi par la Mauritanie (153), la Gambie (155), la Guinée-Conakry (156) et la Guinée-Bissau (174). Bien que des améliorations soient possibles, comme pour toute économie de marché émergente, la tendance générale est positive et ces pays travaillent régulièrement avec le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, les partenaires de développement et la communauté internationale des donateurs pour continuer à mettre en place des institutions plus fortes et promouvoir une plus grande transparence dans chaque pays.

Stabilité politique et sécurité

Contrairement à de nombreux pays de la région du Sahel qui connaissent des problèmes de sécurité assez constants causés par des groupes extrémistes, ou à d’autres pays d’Afrique centrale et de la région des Grands Lacs, les pays du MSGBC bénéficient dans leur ensemble d’une grande stabilité politique et de l’absence de guerres civiles ou d’insurrections armées importantes. La sécurité et la stabilité sont d’une importance capitale pour les investisseurs internationaux.

Des pays comme le Sénégal, en particulier, jouent un rôle stratégique de zone tampon face à ce que les analystes de la sécurité appellent généralement « l’arc d’instabilité » qui s’étend sur une grande partie du Sahel et de certains pays d’Afrique du Nord.

À ce jour, le Sénégal continue à avoir des accords avec plusieurs pays européens et membres de l’OTAN qui ont des conseillers militaires dans le pays et aident à former les troupes et le personnel de sécurité sénégalais. De leur côté, les soldats sénégalais contribuent régulièrement aux missions de maintien de la paix des Nations unies, tant au niveau régional qu’international, et ils sont considérés comme faisant partie des soldats les mieux entraînés et les plus professionnels de toute l’Afrique subsaharienne. En outre, de nombreuses capitales des pays du bassin du MSGBC, comme Dakar, Banjul ou Nouakchott, présentent des niveaux très bas de criminalité violente grâce à une forte présence policière qui constitue un puissant moyen de dissuasion contre les criminels. Enfin, les pays du bassin du MSGBC bénéficient d’une tradition démocratique consolidée où les transferts de pouvoir pacifiques sont la norme, et non l’exception.

Diversification économique

La découverte de pétrole et de gaz et le développement du secteur pétrolier actuellement en cours dans l’ensemble des pays du bassin MSGBC est un tout nouveau secteur. Mais bien avant son avènement, nombre de ces pays disposaient d’industries bien développées, comme l’exploitation de la bauxite en Guinée-Bissau, ou la prospection de l’or, du nickel et des phosphates au Sénégal et en Mauritanie. La Gambie et le Sénégal disposent d’une multitude d’attractions touristiques très attrayantes sur les magnifiques plages de leur littoral atlantique. Il existe de nombreuses options d’hébergement haut de gamme et à prix plus modérés pour découvrir le patrimoine culturel et la gastronomie variés et dynamiques de villes comme Dakar, Banjul, Nouakchott, Conakry et Bissau. Par conséquent, bien qu’une grande partie des nouveaux investissements directs étrangers dans la région du MSGBC soit actuellement consacrée à des projets dans le domaine du pétrole et du gaz et des énergies renouvelables, les investisseurs potentiels peuvent également contribuer aux stratégies de diversification économique en cours dans chacun de ces pays et trouver des partenaires de classe mondiale dans un large éventail d’industries comme le tourisme. Pour ceux qui sont intéressés par les voyages d’aventure et les expériences uniques, des safaris dans le désert et des promenades à dos de chameau sont possibles en Mauritanie. Le lac rose du Sénégal, l’architecture coloniale de Saint Louis, ou les croisières sur le fleuve Podor sont remarquables par leur beauté naturelle et la biodiversité unique de ces pays. Quelle que soit l’évolution du secteur de l’énergie dans un avenir proche, l’hospitalité et la chaleur des habitants de la région MSGBC continueront d’être un attrait majeur pour les années à venir.

En réponse à la demande croissante en énergie renouvelable et à l’intérêt des parties prenantes d’investir, de développer et de réussir dans le contexte africain, Energy Capital & Power organisera la Conférence MSGBC Oil, Gas & Power (https://bit.ly/2Xa2KCH) 2021 qui se déroulera du 2 au 3 décembre 2021. Axée sur le renforcement des partenariats régionaux, la stimulation des investissements et le développement dans les secteurs du pétrole, du gaz et de l’électricité, la Conférence réunira acteurs privés et investisseurs internationaux, désireux de s’informer et se positionner quant aux opportunités énergétiques en Afrique. Pour en savoir plus sur la Conférence, rendez-vous sur: The Energy Minute: MSGBC Oil, Gas & Power 2021 (https://bit.ly/30eNhSQ) .
Distribué par APO Group pour Energy Capital & Power. Media files Télécharger le logo

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire