Zoom sur le programme Bérose – Ministère de la Culture et communication

BÉROSE est fondé en 2006 par Claudie Voisenat et Jean-Christophe Monferran dans le cadre d’un programme de recherche porté par le Laboratoire d’anthropologie et d’institution de la culture, Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain (LAHIC-IIAC ; CNRS/EHESS/Ministère de la Culture). Il est dirigé à partir de 2008 par Daniel Fabre et a bénéficié de 2008 à 2012 du soutien de l’Agence nationale de la recherche accélérant ainsi son développement.

Celui-ci se poursuit depuis grâce au partenariat renouvelé avec le ministère de la Culture, la BNF, le CRBC, le Mucem, l’ethnopôle GARAE (Carcassonne), et s’appuie sur un réseau de centres documentaires et de musées.

Dirigé par Christine Laurière (EHESS, LAHIC-IIAC), et par Frederico Delgado Rosa (CRIA-FCSH/NOVA), le programme est enrichi par les contributions de chercheurs français et internationaux : une quarantaine de chercheurs contribuent, à l’heure actuelle, au développement scientifique de BÉROSE.

Une encyclopédie en ligne et une base de données

Les résultats des recherches menées dans le cadre du programme, mais aussi les sources documentaires sur lesquelles elles s’appuient, sont disponibles dans une base de données en ligne.

des dossiers documentaires articulés à des graphes de sociabilité permettant de visualiser un réseau scientifique ; une collection inédite de livres électroniques ; des rencontres scientifiques dans le cadre du projet. Les dossiers documentaires constituent le cœur de l’encyclopédie en ligne BÉROSE. Ils se divisent en trois grandes catégories thématiques :

Les « ethnographes et anthropologues », qui englobe également les savants, amateurs, missionnaires, érudits et collecteurs ayant d’autres identités intellectuelles mais historiquement liées à l’anthropologie ; Les « revues ethnographiques et anthropologiques » ; Les « institutions anthropologiques », tels les musées ethnographiques, les sociétés savantes, les écoles. Chaque dossier documentaire comporte une notice introductive courte et a minima un article inédit de présentation biographique ou historique, qui peut être enrichi par un ou plusieurs article(s) complémentaire(s) portant sur un point précis et qui donne accès à d’autres sources pertinentes, y compris des sources primaires numérisées dans le cadre du programme (revues, archives, correspondances) ou accessibles en ligne.

On y trouve également des cartographies relationnelles permettant la visualisation des réseaux intellectuels et institutionnels, des documents iconographiques et audiovisuels ou encore des notes et instruments de recherche.

Chaque dossier documentaire présente les travaux d’un ou plusieurs chercheurs et peut être enrichi régulièrement par de nouveaux articles et/ou documents.

Recherche et ressources documentaires : revues et correspondances

Partant d’un certain nombre de revues françaises des années 1870 à 1920 centrées sur le folklore et les traditions populaires ( Mélusine, la Revue celtique, la Revue des traditions populaires, La Tradition…), le programme a peu à peu reconstitué les conditions de leur apparition, l’identité de leurs créateurs et contributeurs français et étrangers. Ceci a permis d’identifier les acteurs centraux de la période qui voit se constituer un véritable réseau national et européen autour de ces périodiques et des sociétés dont ils sont l’organe.

L’analyse des revues cédant alors le pas au souci biographique, une autre ressource documentaire, les correspondances, a largement été mise à contribution pour mettre au jour leur réseau relationnel. L’un des éléments essentiels en était les appartenances institutionnelles, qui ont pris une importance grandissante avec le tournant du siècle par la professionnalisation progressive de ces savoirs sous l’égide de l’anthropologie et grâce à leur inscription dans le champ muséal tout d’abord, puis universitaire à partir des années 1920.

Des rencontres scientifiques

Les membres du réseau Bérose organisent régulièrement des ateliers, journées d’étude ou colloques en relation avec leurs thèmes de recherche, en invitant des collègues à se joindre à eux pour nourrir et élargir la réflexion et favoriser le comparatisme. Ces rencontres sont nationales, européennes ou internationales, et concernent l’histoire de l’anthropologie au sens large. Les actes, éventuellement enrichis d’autres contributions, sont systématiquement publiés ou intégrés aux dossiers documentaires.

Un réseau de partenaires

Le programme s’appuie sur un réseau de bibliothèques et de centres de documentation regroupés autour d’une convention de coopération avec la Bibliothèque nationale de France (BNF) pour la numérisation. La bibliothèque du musée de l’Europe et de la Méditerranée, celles du Laboratoire d’anthropologie sociale et du Centre de recherches bretonnes et celtiques, le centre de documentation du Groupe audois de recherche et d’animation ethnographique sont ainsi associés aux activités de BÉROSE.

Les revues dont la numérisation est nécessaire sont confiées à la BNF, qui en assure la numérisation et la conversion en mode texte. Les documents numérisés sont mis en ligne dans Gallica et mis à disposition de BÉROSE et de l’institution qui les conserve, pour être exploités sur leurs propres systèmes d’information. En 2010, cinq titres représentant plus de 34 000 pages ont été mis en ligne.

Contacts

Christine Laurière Co-directrice du projet BÉROSE, chercheure au CNRS IIAC (équipe Lahic) UMR 8177 CNRS/EHESS/MCC christine.lauriere@ehess.fr

Frederico Delgado Rosa Co-directeur du projet BÉROSE CRIA-FCSH/NOVA, Lisbonne fdelgadorosa@fcsh.unl.pt

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire