Le président Tebboune met en garde contre le danger des guerres de quatrième génération – Algérie Eco

Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a déclaré, dans un message à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la presse, qui coïncide avec le 22 octobre de chaque année, que l’Algérie a « besoin de plus d’efforts pour acquérir des outils de contrôle des programmes et des connaissances pour faire face aux guerres de quatrième génération visant à saper l’Algérie dans son originalité, son identité et son nouveau départ, et dans sa détermination à restaurer son rôle de leader régional et international », a indiqué le président de la République.

L’Algérie déjouera habilement toutes les tentatives de complot au moyen de l’espionnage et d’une cyberguerre ciblée, a rappelé le président Tebboune qui a indiqué que l’Algérie fera avorter ces tentatives en préparant les lignes de défense de la nation.

Selon le président de la République, une distinction doit être faite entre les médias, en tant que système régi par ses contrôles professionnels et éthiques, et le marketing opportuniste et mercenaire, qui investit dans les sans scrupules.

« Nous saluons le sens professionnel et l’esprit patriotique des femmes et des hommes du secteur des médias et de la communication », a indiqué le président Tebboune, soulignant la détermination de l’État à consacrer la liberté de la presse, et à valoriser la numérisation.

LIBERTÉ DE LA PRESSE : UN DROIT FONDAMENTAL 

Le président a affirmé que « la liberté de la presse est un droit humain fondamental qui doit être constamment promu » précisant que « la responsabilité d’adhérer à l’éthique de la profession est à l’abri de toute forme d’abus ».

L’une des exigences d’un média libre et équitable est de s’abstenir d’établir des relations de loyauté de circonstance au détriment de l’honneur de la profession et du droit du citoyen à une information objective et honnête, a souligné le chef de l’État.

Conformément à nos engagements, « nous avons pris l’initiative de dépénaliser les activités liées à la performance journalistique et au journalisme électronique dans la constitution », a indiqué le président Tebboune.

« J’appelle le gouvernement à poursuivre tous les moyens de soutien au secteur des médias en promouvant la créativité et les compétences et en exploitant les technologies contemporaines », a indiqué le chef de l’État.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire