Les collections du musée départemental des pompiers ont quitté Bagnoles de l’Orne Normandie | Le Publicateur Libre – Actu.fr

Ce lieu unique dans l’Orne abritait un véritable trésor de la profession avec véhicules, casques, tenues, fanions, matériel avec la plus importante collection de pompes à bras hippomobiles de France, dont la Distinguée datant de 1795. Un patrimoine précieux acquis au fil du temps par l’association locale du musée auprès de privés, via des dons ou prêts.

Durant 25 ans, ce musée aura attiré des milliers de visiteurs : touristes, curistes, autocaristes. « C’est un atout touristique supplémentaire pour Bagnoles » nous avait confié en 2014, André Boisgontier, président de l’association locale.

Cet été-là, il venait d’être décidé de mettre en sommeil l’activité. Le bâtiment n’étant plus aux normes (électricité, accessibilité) selon la commission de sécurité.

Polémique

Cette décision avait alors suscité de vifs échanges au sein du conseil municipal. Alors que le maire Jean-Pierre Blouet justifiait l’arrêt de l’exploitation du site en raison « de plusieurs dysfonctionnements nécessitant des travaux de mise aux normes », Nadine Belzidsky, conseillère municipale de la minorité, regrettait « qu’on ne se batte pas plus pour la réouverture de ce musée à vocation de formation ».

Dans les mois et années qui suivront, l’Union départementale des sapeurs-pompiers recherchera sur Bagnoles et ses environs un local adapté : « il nous faudrait un local de plain-pied de 800 à 1 000 m², afin de valoriser les collections à travers un projet muséographique » expliquait en 2015, Dominique Groutel, président de l’Union. Mais en vain.

« Un potentiel »

En 2019, année des 30 ans du musée, Nadine Belzidsky revenait à l’offensive en créant l’association PimpOrn’: Pôle d’investissement pour le musée des pompiers de l’Orne.

« Notre souhait est de conserver ce musée à Bagnoles qui accueillait jusqu’à 5 000 visiteurs par an. Nous avons des craintes qu’il parte ailleurs, avait-elle alors expliqué. Nous voulons qu’il puisse rouvrir et assurer l’exploitation de ce projet à la fois culturel et économique, qui pourrait créer quelques emplois. Il y a un vrai potentiel ».

La présidente et son équipe envisageaient un site multi-activités consacré aux pompiers : expo de véhicules et matériel, accueil de scolaires, cours de secourisme, conférences, séminaires, voire cinéma en 3D. Plusieurs sites avaient été envisagés : l’ancien Village du Cheval, le bâtiment Margeron, ou bien encore l’ancien restaurant les Bruyères à Saint-Michel-des-Andaines. Une pétition avait alors réuni 600 signatures.

Saluant cette initiative, le maire Olivier Petitjean avait estimé que « si un projet doit se faire, il doit être collectif et en accord avec l’Union départementale. Et pour l’instant, ce projet n’est pas validé ». De son côté, la commission histoire et musée de l’Union continuait à chercher un site unique pour réunir les collections disséminées sur l’ensemble du département, principalement à Bagnoles.

« La municipalité n’a rien fait »

Finalement, c’est donc ailleurs dans l’Orne que ce musée est voué à renaître. « La municipalité n’a rien fait pour que le musée reste à Bagnoles. Pourtant, avec les visiteurs, il y avait des retombées économiques, pour les commerces, les restaurants, affirme Christian Couette.

J’avais même fait un projet sur plan que j’avais soumis au maire. Mais je n’ai jamais eu de réponse

Christian Couette « Quel projet ? interroge le maire Olivier Petitjean. On ne nous a jamais présenté un projet établi, financé, sur lequel on peut travailler. On ne peut que regretter que ce musée ne soit plus à Bagnoles, mais je ne vois pas en quoi la collectivité avait à intervenir. Ce dossier regardait l’association locale et l’Union départementale, entre lesquelles il y a souvent eu des tensions. C’était aussi devenu un argument politique pour les élus de l’opposition ».

Maison des pompiers

Président de l’Union départementale des sapeurs-pompiers, Laurent Savoye a confirmé que les collections avaient été déménagées « à Saint-Julien-sur Sarthe où nous avons acheté un local d’environ 1 200 m2. On a aussi profité d’une opportunité pour vendre celui de Bagnoles. Sur le nouveau site, nous souhaitons créer une maison des pompiers, mais ce projet est à l’état de réflexion. Pour l’instant, notre priorité est de trier, nettoyer les collections restées enfermées depuis 7 ans. Il faudra ensuite élaborer un projet muséographique afin de les valoriser ».

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Publicateur Libre dans l’espace

https://actu.fr/normandie/bagnoles-de-l-orne-normandie_61483/les-collections-du-musee-departemental-des-pompiers-ont-quitte-bagnoles-de-l-orne-normandie_46355284.html

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire