Rétrospective de la 5e Journée du digital – BFH – Berner Fachhochschule

L’après-midi, à l’aide d’exemples concrets, le public a découvert ce que la numérisation rend déjà possible et ce que l’avenir nous réserve. Il a par exemple pu explorer les temples romains d’Augusta Raurica en utilisant la réalité virtuelle, découvrez la nouvelle application Anastasis ou apprenez-en plus sur cobotics. affronter un robot au baby-foot et découvrir l’atelier de la Swiss Smart Factory ainsi que le site Bienne2go.ch, une plateforme numérique truffée d’informations et d’actualités sur la ville de Bienne.

Atelier du futur

En soirée, les personnes intéressées ont pu encore approfondir ce thème lors du Face-to-Face Meeting sur « La numérisation dans la production », qui a clos cette 5 e édition de la Journée du digital. Après les mots de bienvenue d’Anita Jörg (SIPBB) et de Lukas Rohr (département Technique et informatique de la Haute école spécialisée bernoise), Michael Wendling, responsable du projet phare Industrie 4.0 du SIPBB, a expliqué ce qu’est une Smart Factory en s’appuyant sur l’exemple de la Swiss Smart Factory, montrant à quoi ressemble un environnement de production intelligent.

Outre la mise en réseau intelligente des machines et des produits, les installations de production flexibles et collaboratives constituent, elles aussi, un élément central de l’atelier du futur. Cela signifie qu’une machine ne se contente plus d’exécuter une étape de travail exactement de la même manière, mais qu’elle dispose d’une certaine flexibilité. Par exemple, des petites séries ou même des produits personnalisés peuvent être produits à un prix concurrençant ceux de la production de masse. Sébastien Bouilloux, de Seb Automatisme, un partenaire du Swiss Smart Factory, a décrit la mise en place d’une telle ligne de production collaborative et flexible.

Gros plan sur les robots flexibles et l’intelligence artificielle dans les processus laser

Durant la seconde partie de la manifestation, deux chercheurs de la BFH ont pris la parole. Norman Baier, de l’Institut des systèmes industriels intelligents I3S, a d’abord présenté le projet de recherche ACROBA du programme Horizon 2020 de l’UE. Objectif du projet : le développement d’une plateforme robotique cognitive pour la production agile. Ou, comme le résume Norman Baier : « Comment rendre les robots plus flexibles dans leur dialogue avec les humains ? »

Pour clore ce Face-to-Face Meeting, Beat Neuenschwander, responsable de l’Institute for Applied Laser, Photonics and Surface Technologies ALPS, a abordé les méthodes d’IA dans l’optimisation des processus laser. Ici aussi, une certaine adaptabilité est exigée par le système, par exemple dans le cas où le matériau à traiter varie très peu. Jusqu’à présent, dans un tel cas, le laser devait être réajusté manuellement. L’intelligence artificielle devrait désormais permettre d’optimiser et d’accélérer ce processus. Les essais effectués montrent que cette approche est en bonne voie.

Lors de sa cinquième édition, la Journée du digital a montré une nouvelle fois ce que la numérisation rend déjà possible et le vaste potentiel existant. Nous sommes impatient-e-s de voir quelles nouvelles innovations seront présentées lors de la prochaine édition.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire