Restitution des oeuvres d’art africaines

novembre 2021
Pascal Maffre

En novembre 2017 à Ouagadougou, Emmanuel Macron a annoncé son intention de rendre à l’Afrique subsaharienne une partie du patrimoine artistique spolié durant l’époque coloniale.
Désormais historique, cette déclaration fut suivie d’un rapport en 2018, confié à deux universitaires, Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, pour étudier la faisabilité de ces restitutions.
Depuis lors et revenant sans cesse au centre de l’actualité, la question des restitutions est devenue « un enjeu majeur de politique culturel au niveau mondial » comme l’indique Philippe Régnier dans son édito du Art news paper daily (22 novembre). La France a ainsi restitué 26 pièces au Bénin, mais dépassant le cadre de l’Afrique et ses anciens colonisateurs, la Grèce intensifie à son tour les demandes de retour des marbres du Parthénon à l’Angleterre. La boite de Pandore a-t-elle été ouverte ? s’interroge le même Philippe Régnier, « le principe de l’inaliénabilité des collections publiques », quant à lui, semble bien en
« sursis » (Journal des arts-01 octobre ).


Voici une sélection d’articles sur cette thématique.