Urbanisme et architecture : le site des Vaux-de-la-Celle à Genainville – Journals Openedition

2Des travaux sont menés depuis 2015 sur l’impact de l’eau dans les maçonneries antiques et restaurées du temple situé au centre du vallon de Genainville (projets WITHIN-PREVENT, avec le soutien financier de la Fondation des sciences du patrimoine, resp. Jérôme Wassermann). Les édifices gallo-romains installés au centre du vallon ont leurs fondations en contact direct avec la nappe phréatique affleurante. De ce fait, l’eau remonte par capillarité au sein des maçonneries. Au gré du battement quotidien et saisonnier de la nappe phréatique, l’eau remonte plus ou moins haut au sein des murs. Ces aller-retours occasionnent un cycle de création/dissolution de cristaux qui altèrent les pores constitutifs du calcaire lutétien local et provoquent l’éclatement du matériau. Depuis 2015, une équipe pluridisciplinaire entend comprendre finement comment l’eau circule au sein des maçonneries antiques et restaurées afin de pouvoir proposer des techniques de restauration adaptées aux particularités de ces structures bâties et de leur environnement. La thèse d’Oriol Sanchez Rovira sur les méthodes d’imagerie de la présence de l’eau au sein des maçonneries est désormais en début de rédaction. L’année 2018 a vu la réalisation de la construction d’une maquette réalisée à l’échelle 1:1 avec des matériaux issus du site et une formulation de mortier obtenue après analyses des mortiers antiques (stage de master de Samira Akkouche). Parallèlement à la construction matérielle, une modélisation numérique reproduisant cette maquette a été effectuée par Lilian Cristofol. Une fois achevées, ces deux maquettes permettront d’effectuer des mesures invasives qui n’étaient pas envisageables sur le bâti classé Monument historique du temple des Vaux-de-la-Celle.

3Pour ce qui concerne les aspects constructifs et architecturaux, Didier Vermeersch a entrepris un inventaire et une étude typologique de l’ensemble des briques conservées au sein du dépôt de site : un certain nombre d’entre elles présentent une encoche de préhension et deux tétons.

4L’étude des bassins engagée en 2016, parallèlement à leur restauration entreprise par les services de l’UDAP 95 (dir. Jean-Baptiste Bellon) et aux fouilles menées au nord du bassin 3 en 2017-2018, s’est poursuivie en 2018. L’analyse architecturale des chaînages, retailles et coups de sabre observables dans le bassin 1 a permis d’élaborer une nouvelle proposition de phasage (construction conjointe des bassins 1 et 2, réaménagement du bassin 1 et réduction du bassin 2).

5L’étude du mobilier lapidaire est conduite quant à elle d’une double manière : une étude architecturale conventionnelle qui passe par l’inventaire, le relevé manuel et photogrammétrique des blocs issus des fouilles anciennes et actuelles puis par leur analyse architecturale et stylistique (resp. Mathieu Ribolet) et une approche numérique fondée sur l’intelligence artificielle pour contribuer à la restitution architecturale des principaux monuments antiques. Ce projet ARCHEPUZZ’3D, soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine, vise à résoudre le problème complexe du puzzle archéologique constitué par les milliers de fragments sculptés issus du temple, du théâtre et du portique des Vaux-de-la-Celle (resp. David Picard, Michel Jordan, Marie-Morgane Paumard). Non seulement ces milliers de blocs conservés ne représentent qu’une petite partie de l’ensemble originel mais leurs bords sont très abîmés et un recollage par contact bloc à bloc est rarement envisageable. Face à ce défi, la numérisation tridimensionnelle des blocs permet de confier l’analyse des données à un algorithme chargé de déceler les blocs susceptibles d’être voisins. À force d’échanges avec un archéologue qui confirme ou invalide les propositions de l’algorithme, ce dernier apprend et s’améliore. En 2018, des tests de numérisation par photogrammétrie et par acquisition directe au moyen d’un capteur Kinect ont été effectués dans les réserves du Madvo avec l’appui d’une étudiante apprentie (Juline Camps, LP Métiers du numérique, UCP) tandis qu’a été établie une liste des blocs à numériser en priorité.

6Le récolement du fonds d’archives Mitard conservé aux archives départementales du Val d’Oise est en cours grâce au soutien du SRA Ile de France qui finance la prestation d’un chercheur en archivistique. Dans l’attente, les rapports d’activités du Cravf ont été mis à contribution à la fois dans le cadre de l’étude lapidaire des blocs du monument de spectacle (1935-2018) et dans le cadre de la reprise des données relative aux bassins accolés au sud du temple. Par ailleurs, en 2018, Claire Besson (SRA Île -de-France) a achevé l’inventaire des archives administratives liées à l’opération archéologique confiée au Cravf de 1960 à 1991.

7Enfin, un survol LiDAR centré sur le vallon de Genainville a été effectué sous maîtrise conjointe de la Drac Île-de-France et de l’ONF sur une surface de 9 170 ha. Pour une première approche exploratoire, Jonhattan Vidal (Dac Océan indien) a privilégié cinq indices susceptibles de repérer les zones d’intérêt ou les anomalies étendues, à l’échelle du site : l’analyse de pentes, l’analyse en composante principale de 16 ombrages ainsi que la dominance locale. Puis, à l’échelle de l’anomalie ou d’un groupe d’anomalies, pour les examiner finement, il a eu recours à l’ouverture topographique et au sky view factor parfois combinée à une forme du local relief model. Pour tester les modèles numériques de terrain, trois zones test ont été choisies : le secteur du vallon des Vaux-de-la-Celle (zone A), une portion du méandre de la Seine au niveau en particulier du château de la Roche-Guyon (zone B), le site de Baudemont près de Bray-et-Lû (zone C).

Vivien Barrière, « Urbanisme et architecture : le site des Vaux-de-la-Celle à Genainville ».

Vivien Barrière

Université de Cergy-Pontoise

Genainville – La Vaux-de-la-Celle

Fouille programmée (2018)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire